Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Carolis face au public

23/03/2006 - par Bruno Fraioli, à Lille

Le président de France Télévisions et ses équipes partent régulièrement à la rencontre des téléspectateurs. Un outil de relation client et de management.

Vous êtes téléspectateurs du service public, vous payez une redevance, il est logique que nous venions vous écouter et vous rendre des comptes. » Vendredi 17 mars à 19 h 50, Patrick de Carolis, président de France Télévisions, lance le débat dans un auditorium du Grand Palais de Lille. Coincé entre une convention commerciale de Peugeot et un concert de Julien Clerc, il fait face à un millier de téléspectateurs. Accueilli avec des petits-fours, le public a été convié à le rencontrer par des annonces diffusées sur France 3 Nord-Pas-de-Calais et dans la presse locale. Seul critère de sélection : la limite des places disponibles. Tous les patrons de chaînes et de départements sont également du voyage. Sans oublier quelques vedettes du groupe, notammentMireille Dumas, Jean-Luc Delarue et Yves Calvi.

Respect et courtoisie

Comme à Grenoble, il y a un mois, les téléspectateurs ont posé une trentaine de questions. « Pourquoi les émissions intéressantes sont-elles diffusées si tard ? », « Quelle représentation pour les personnes handicapées ? », « Pourquoi avoir supprimé les émissions régionales de France3 à 13 h ? », « Comment expliquez-vous qu'il n'y ait plus d'émission sur le cheval ? », « Monsieur Delarue, êtes-vous libre dans le choix de vos sujets ? », « Pourquoi les dessins animés sont-ils moins bons qu'avant ? », etc. Ou encore : « Pourquoi pas d'émission sur les créations d'entreprises ? » Réponse de Patrick de Carolis : « Ce type de programmes n'existe pas, et je le regrette. Nous devrions faire un petit peu plus de reportages dans les JT sur des entreprises qui marchent. Cela rendrait l'info moins anxiogène. » À la question « Allez-vous réduire la publicité ? », Philippe Santini, directeur général de France Télévisions Publicité, s'y colle : « Nous, nous avons une fierté d'appartenance à un groupe ­public. Nous ne vendons pas, comme TF1, des émissions de télé-réalité. »

Aucune question n'est éludée, même si quelques sujets sont contournés, comme celui de cette jeune femme réclamant davantage d'objectivité dans le traitement de l'actualité du Moyen-Orient ou de cette mère qui, ayant perdu sa fille d'un cancer des os, demande des émissions sur le sujet. Les échanges sont courtois et respectueux. Les réponses sont ponctuées d'applaudissements du public, venu en majorité par curiosité et sans doute attiré par les autographes des animateurs.

L'exercice sera-t-il suivi d'effet ? Patrick de Carolis, qui vient de créer un « club des téléspectateurs » de France Télévisions, l'assure : « Ces questions nous interpellent et certaines interrogations sont récurrentes, comme la place des handicapés ou la question de la diversité culturelle, confie-t-il après coup. Je fais mon travail. Cette démarche n'est ni marketing ni démagogique. Tout cela est réalisé pour améliorer les antennes et déclencher une prise de conscience chez les patrons d'antenne qui entendent ces réflexions. » Car ces sessions, dont les prochaines auront lieu à Montpellier le 20 mai, Paris en mai et Bordeaux en juin, répondent également à un objectif de management et de communication interne. « Venir ensemble permet de montrer que nous sommes un vrai groupe », indique Patrick de Carolis.

Envoyer par mail un article

Carolis face au public

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.