Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Numéricâble avale UPC-Noos

30/03/2006 - par Amaury de Rochegonde

Liberty Media vend le câblo-opérateur aux fonds Altice et Cinven. L'opération donne naissance à un groupe pesant plus lourd, notamment en Île-de-France, vis-à-vis des plates-formes de télévision payante.

En signant une lettre d'intention avec les fonds d'investissement Altice et Cinven pour la vente d'UPC Noos, le câblo-opérateur américain Liberty Media a fini par jeter l'éponge en réalisant « un excellent ­retour sur investissement en France », dixit son président Mike Fries. Les actuels propriétaires financiers de Numéri­câble (via la holding Ypso) ont en effet accepté de payer 1,25 milliard d'euros comptant en cas de finalisation de cette transaction « au deuxième trimestre 2006 ». Si Liberty Media vend UPC-Noos, c'est parce qu'il entend « se recentrer sur des marchés existants et futurs qui offrent de meilleures croissance et stabilité à long terme ». Il aurait été déçu, dit-on, par l'état du réseau câblé qu'il avait racheté en juillet 2004 avant de fusionner Noos avec UPC.

Unifier les plates-formes

Les futurs nouveaux propriétaires, Altice et Cinven, font cependant le pari que le câble est un marché d'avenir. « Le groupe né de cette concentration entre Numéricâble et UPC-Noos va peser plus lourd vis-à-vis des plates-formes de ­télévision payante, estime Jean-Louis Missika, auteur d'un rapport sur le câble en France en 2003. Il aura la possibilité de faire sa communication à l'échelle nationale et pourra unifier les plates-formes technologiques. Le gros handicap du câble était jusqu'ici des dispositifs locaux qui empêchaient toute stratégie d'image nationale. »

En unifiant les offres de « triple play » et à condition d'investir dans la fibre ­optique, le duo Altice-Cinven se posera en concurrent sérieux des opérateurs télécoms. Il offrira l'avantage d'une grande capacité de débit tant pour la voix sur IP que pour la télévision ou ­Internet. « Le câble reste cependant handicapé par le succès fulgurant de l'ADSL, qui n'a pas besoin de travailler sur ses réseaux pour augmenter son potentiel d'abonnés. Améliorer la productivité et l'offre marketing du câble reste un défi », conclut Jean-Louis Missika.

Envoyer par mail un article

Numéricâble avale UPC-Noos

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.