Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

RTL se déleste pour le numérique

06/04/2006 - par Muriel Signouret

La deuxième station de France en audience cumulée prépare un plan de départs volontaires pour basculer vers le tout-numérique. Les syndicats ne réagissent pas.

L'annonce est passée comme une lettre à la poste. Au point que le plan de départs volontaires prévu à RTL, deuxième radio de France en audience cumulée (11,8 %, sur la dernière vague Médiamétrie de novembre-décembre 2005), n'est parvenu aux oreilles de l'AFP qu'une dizaine de jours après avoir été dévoilé au comité d'entreprise, le 21 mars. Pas de grogne syndicale, ni d'agitation ­salariale. Pourtant, ce plan, qui s'appuie sur la loi Borloo de janvier 2005 et devrait se concrétiser par l'ouverture d'un guichet départs « probablement en mai » de source interne, pourrait ­concerner presque un tiers des 380salariés, si l'on s'en tient à la pyramide des âges de l'entreprise. Quelque 130personnes ont en effet plus de 50 ans, mais « il n'y aucune restriction d'âge » dans le plan, souligne Jean-Michel Kerdraon, vice-président de la station.

Pourquoi de telles suppressions de postes alors que « la santé de RTL est excellente », selon le numéro deux de la rue Bayard, et a été soutenue par une progression de près de 5 % du chiffre d'affaires de RTL Group en 2005 ? « Le secteur de la radio connaît une mutation importante, notamment technologique. Une partie du personnel n'aura pas forcément envie de se former au numérique », explique Jean-Michel Kerdraon.

Nouvelle réalité d'entreprise

Tous les départs seront-ils remplacés ? Axel Duroux, le PDG arrivé aux commandes de la station il y a tout juste un an, après le limogeage de Robin ­Leproux, n'a pas caché que cette décision visait à « maîtriser la masse salariale ». Plus inquiétant encore, il a ajouté auprès du comité d'entreprise qu'il ne s'attendait pas à des résultats d'audience favorables, alors même que la dernière vague Médiamétrie de ­novembre-décembre 2005 révélait une baisse de la part d'audience de 0,8point par rapport à l'année précédente. L'actionnaire RTL Group demande-t-il donc une réduction des coûts pour faire face à cette nouvelle réalité d'entreprise ? RTL ne peut en tout cas plus compter sur ­Albert Frère pour défendre ses intérêts. L'homme d'affaires belge se prépare à céder avant le 23 mai ses 25,1 % dans Bertelsmann, propriétaire de RTL Group.

Envoyer par mail un article

RTL se déleste pour le numérique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.