Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La révolution de velours de Télé 7 jours

27/04/2006 - par Delphine Le Goff

Le mastodonte de la presse télé effectue un retour aux sources avec une nouvelle formule qui se veut plus familiale.

Tous les journalistes le savent. Lorsqu'on ­reçoit un courrier de lecteur, on peut s'attendre à une avoinée, plus rarement à des éloges. Pourtant, en ce lundi 24 avril dans les locaux de Télé 7 Jours, qui vient de sortir sa nouvelle formule, pas de psychodrame. Afin de laisser de la place aux programmes de la TNT, le poids lourd de la télévision (diffusion France payée : 1 693 801 exemplaires) n'hésite pas, outrage des outrages, à bouleverser sa maquette autour de trois parties : « vu », « actu » et « voir ». Pour l'heure, il suffit de voir la jubilation des journalistes qui échangent à voix haute les courriels reçus : les réactions sont, semble-t-il, encourageantes. « Dans 70 % des lettres, on nous dit que le titre est plus clair, plus rangé », se félicite Thierry Moreau, qui a succédé en février à Patrick Mahé à la direction de la rédaction.

Patrick Mahé, qui continue d'officier au sein de la direction générale d'Hachette Filipacchi Médias, est celui qui a fait entrer Télé 7 Jours dans l'ère de la télé-réalité. On a pu reprocher à l'hebdomadaire la mise en avant de bimbos jetables en couverture, comme ­Marjolaine. Tout ça, c'est fini, assure en substance Thierry Moreau. Si le nouveau directeur de la rédaction a un temps exercé chez Voici et Ici Paris, il ne faut pas pour autant s'attendre à une « peopolisation » de Télé 7 Jours. Grand amateur de presse populaire, l'homme veut revenir aux fondamentaux de ce magazine familial créé en 1960. Ne dit-on pas que de nombreux petits Français apprennent à lire dans Télé 7 Jours ? Thierry Moreau est de ceux-là. « Je me souviens d'avoir dévoré chaque semaine Télé 7 Jours chez ma grand-mère, où c'était LE journal qu'on trouvait dans le salon , raconte-t-il. Télé 7 Jours, c'est le Paris Match de la télé. Nous avons rajouté des rubriques pour les enfants et les adolescents, afin qu'il soit lu de 7 à 77 ans ». Les pages fiction ont également été doublées, devant l'engouement rencontré par les Lost, New York Section criminelle et autres Experts. Objectif : rajeunir une cible essentiellement féminine en touchant plus sûrement la « ménagère avec enfants », comme on dit à la télé.

Mais on ne se refait pas. Télé 7 Jours veut renouer avec les scoops. « Nous avons révélé les noms des quatorze candidats de Nouvelle Star avant tout le monde. M6 nous a coupé tout accès aux conférences de presse pendant quinze jours, et même Benjamin Castaldi, qui tient une chronique dans le journal, avait ordre de ne plus nous prendre au téléphone ». Mais les brouilles ne sont jamais longues dans les médias. Et une chaîne comme M6 ne peut guère se permettre de s'aliéner Télé 7 Jours, vache à lait de la presse TV... « Nous avons fait notre boulot de journaliste , estime Thierry Moreau. Nous comptons continuer dans cette voie. D'autant que les lecteurs sont friands de sujets coulisses... » Dans ces cas-là, ça doit être utile, toutes ces années passées chez Voici ? « C'est sûr que lorsqu'on publie les salaires des candidats de Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, ce ne sont pas des infos que l'on a reçues par la poste... », sourit le directeur de la rédaction, qui précise que malgré tout, « Télé 7 Jours ne va pas devenir le Canard enchaîné de la télé ».

Avec cette nouvelle formule, il s'agit aussi d'enrayer l'impact des quinzomadaires, lancés par Prisma Presse en 2003. Télé 7 Jours est l'un des titres qui ont le moins souffert : - 30 % en diffusion, contre 40 % en moyenne depuis l'apparition des « quinzos ». Lesnéophytes estimeront néanmoins que les modifications du titre sont subtiles. « Quand je l'ai présenté à Gérald de Roquemaurel, il m'a dit que c'était une révolution, mais qui ne se voyait pas », ­résume Thierry Moreau. Dans la presse comme dans Le Guépard de Visconti, il faut sans doute que tout change pour que rien ne change.

Envoyer par mail un article

La révolution de velours de Télé 7 jours

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.