Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le sport se pratique à perte

25/05/2006 - par Bruno Fraioli

TF1 et M6 ne gagneront pas d'argent en diffusant les matchs du Mondial de football. Mais si le sport n'est pas rentable pour les chaînes, elles ne peuvent s'en passer pour autant.

La Coupe du monde de football, qui se dispute du 9 juin au 9 juillet en Allemagne, ne sera pas une bonne opération financière pour TF1 et M6, diffuseurs en clair de la compétition : les deux chaînes y perdront de l'argent. Selon les analystes financiers de la Société générale, la facture pourrait s'élever entre 29 et 43 millions d'euros selon le parcours des Bleus pour TF1, qui a investi 100 millions d'euros pour diffuser les 24 meilleurs matchs. « Nous avons peut-être acheté ces droits un peu trop cher en 2001 », admettait Patrick Le Lay, président de TF1, devant ses actionnaires le 24 avril dernier. Avec les 18 millions perdus lors de l'édition 2002, la facture s'alourdit. Du côté de M6, les perspectives ne sont guère plus réjouissantes. Lors de son assemblée générale, Nicolas de ­Tavernost, président du groupe, a ­indiqué que sa chaîne, qui a acquis 27 millions les droits de diffusion de 31matchs du Mondial, pourrait perdre entre 10 et 15 millions d'euros dans l'opération. Des chiffres qui rappellent que le sport n'est pas un genre directement rentable pour les télévisions.

Question de standing

Le sujet est sensible. Jeudi 18 mai, lors de la présentation du dispositif mis en place par TF1 pour couvrir le Mondial, Patrick Le Lay, agacé par les questions concernant la rentabilité ­financière de l'opération, s'est emporté : « Quand on aime le football, on ne compte pas. La seule question qui vous ­intéresse est de savoir si nous allons gagner un peu d'argent ou faire de la marge. Si TF1 en fait, tant mieux. Le problème, c'est que nous n'en ferons pas ! » Alors pourquoi les chaînes cassent-elles leur tirelire pour acquérir ces programmes ­annoncés comme déficitaires ? TF1, toujours, investit environ 30 millions d'euros par an pour diffuser la Formule 1 et 45 millions d'euros pour les matchs de l'équipe de France de football. Pour sa part, France Télévisions a déboursé 17 millions d'euros pour retransmettre les épreuves des Jeux olympiques de Turin et en paiera près de 40 en 2008 pour ceux de Pékin.

Produits d'image, les programmes sportifs sont des passages obligés pour les télévisions généralistes, qui ne raisonnent donc pas en termes de rentabilité financière. « Aujourd'hui, quand je paie 100 euros pour un programme sportif, cela ne m'en rapporte pas 110, confirme Daniel Bilalian, directeur des sports de France Télévisions. Diffuser du sport pour une chaîne est une question de standing. Le succès des Jeux olympiques d'hiver de Turin, par exemple, a rejailli sur l'ensemble des grilles et a facilité le travail de la régie publicitaire. » Nicolas de ­Tavernost, chez M6, se veut optimiste, en indiquant que « la publicité rentre bien pour la période de la Coupe du monde ». Il ajoute aussitôt que « le sport n'est pas rentable mais contribue à asseoir une image ». Un avis partagé par son concurrent : « Les grands événements sportifs sont indispensables au statut d'une grande chaîne, estime Étienne Mougeotte, vice-­président de TF1. L'objectif reste tout de même la rentabilisation de l'achat. Nous y arrivons avec la Formule 1. Ce ne sera pas le cas avec la Coupe du monde. »

De fait, le plus pénalisant serait de ne pas avoir de sport sur son antenne. « Les chaînes qui n'ont pas d'événement majeur ne jouent pas en Ligue 1, estime Daniel Bilalian, de France Télévisions. Le genre est indispensable pour le positionnement d'un groupe comme le nôtre. Perdre le Tour de France, Roland-Garros et/ou le Tournoi des six nations serait très pénalisant pour nous. » Pour « monter en Ligue 1 », M6 a dû signer un chèque de 27 millions d'euros, ce qui correspond au tarif des matchs de la Coupe du monde. Toutefois, après le Mondial, la chaîne n'a aucun programme sportif vraiment ­consistant à proposer. M6 a en effet raté les droits de la Coupe de France, ceux de la Formule 1, et n'avait fait aucune offre pour l'un des trois lots des Coupes du monde de football 2010 et 2014. La chaîne tiendra peut-être sa revanche avec les droits de l'Euro 2008 de football, qui seront prochainement mis en vente.

Les yeux sur les Bleus

Chez Canal +, la vision est différente : le sport est rentable, mais le modèle économique est différent de celui des télévisions gratuites, qui privilégient les niveaux d'audience. Pour la chaîne cryptée, le sport et le cinéma sont les principaux moteurs de recrutement et de fidélisation d'abonnés. Ainsi, les 600 millions d'euros annuels payés par la chaîne pour retransmettre les matchs du championnat de France de Ligue 1 n'auraient pas déstabilisé son équilibre financier, comme certains le prédisaient. « Après une année pleine de ce nouveau contrat, le niveau d'exploitation de la chaîne n'a pas baissé. C'est un signe », explique-t-on chez Canal +. Le coût n'était sans doute pas assez élevé !

Ce discours, TF1 aimerait bien le tenir. Pour l'heure, la chaîne privée sera très attentive au parcours de l'équipe de France lors de la Coupe du monde. Plus les Bleus iront loin dans la compétition, moins TF1 perdra d'argent. Étienne Mougeotte en a conscience. Le 18 mai, lors d'une conférence de presse consacrée au Mondial, il a souhaité bonne chance aux Bleus « en touchant du bois ». Problème : le pupitre sur lequel il posait ses mains était en plastique.

Envoyer par mail un article

Le sport se pratique à perte

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.