Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Sebastian Holdings menace Vivendi

25/05/2006 - par Amaury de Rochegonde

Le fonds d'investissement cherche à déstabiliser la stratégie du groupe de médias en plaidant pour un démantèlement et une cession de Canal+.

Vivendi aurait-il trouvé son Carl Icahn ? Le raider américain qui est monté jusqu'à 6 % au capital de Time Warner, tentait l'an dernier de déstabiliser ce groupe en plaidant pour une scission entre contenants et contenus. Cette fois-ci, c'est Vivendi qui est la cible du fonds d'investissement Sebastian Holdings. Le 17 mai, Jean-Bernard Lévy, président du groupe de télécommunication et de médias, a reconnu avoir décliné une offre amicale de reprise pour 39 milliards d'euros, soit un bonus de 6 euros par action. Le fonds d'Alexander Vik, qui contrôlerait 4 à 5 % de Vivendi, dont 1,2 % directement, plaide pour une scission qui permettrait la vente du groupe Canal + et un recentrage sur SFR et les télécoms. Le rachat pourrait se faire par endettement... en partie remboursé par le produit de la vente de Canal +.

Nouvelle offre

Au profit de qui ? Selon L'Express du 18 mai, Arnaud Lagardère est prêt à prendre le contrôle de Canal + « dès demain s'il le faut ». S'il a démenti avoir conclu une option d'achat avec Sebastian Holdings ou son associé Amir J­ahanchahi, Lagardère a bel et bien rencontré les dirigeants du fonds. Et il s'est dit prêt à investir 4 milliards d'euros dans des acquisitions. De quoi relancer les spéculations alors que, officiellement, Lagardère dispose de 20 % de Canal + France et d'un droit de sortie, comme de surenchère, dans trois ans. Pas question pour lui d'entreprendre quelque action hostile que ce soit, alors que Jean-Bernard Lévy, son partenaire dans Canal +, fait reposer toute sa stratégie sur la nouvelle convergence entre télévision, téléphone et musique. Reste que Sebastian Holdings (allié à Vincent Bolloré chez Havas) n'a pas dit son dernier mot. Selon Le Figaro, il devrait envoyer prochainement une nouvelle offre à l'état-major de ­Vivendi. Son objectif : séparer Vivendi de Canal comme Viacom l'a été de CBS. Chez Time Warner, Carl Icahn, lui, a échoué.

Envoyer par mail un article

Sebastian Holdings menace Vivendi

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.