Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pif tire la langue

25/05/2006 - par Muriel Signouret

Le mensuel de bandes dessinées est en cessation de paiement depuis le 19 avril. Mais l'équipe reste dans une logique de continuation de l'activité.

Pif a perdu son sourire malicieux. Après une relance en grande pompe il y a deux ans, le mensuel, qui avait disparu des kiosques pendant douze ans, s'est déclaré en cessation de paiement le 19 avril dernier. La faute à qui ? « À un tassement de la diffusion », commence Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction. Après le succès du premier numéro, qui s'était écoulé à 350 000exemplaires, le magazine est redescendu à 126 560exemplaires payés en France. Pas de quoi rentabiliser des coûts de réalisation « exorbitants », selon le ­directeur de ce titre phare de la BD jeunesse.

Car si Spirou, qui a fait peau neuve en début d'année pour reparaître dans les kiosques français, peut s'appuyer sur les publications de sa maison mère, les éditions Dupuis, Pif Gadget doit entretenir son propre pôle d'artistes. Dans un univers de plus en plus concurrentiel, il doit aussi faire face à des poids lourds soutenus par de puissants groupes de presse, tels que Le Journal de Mickey (Disney Hachette Presse), qui a redressé la barre de sa diffusion en 2005 avec 150 097exemplaires (+ 2,14 %).

Baisser les coûts pour survivre

Mais, pour Pif, le véritable coup de grâce a été porté par le pois sauteur. Le gadget rigolo (et fortement médiatisé) du numéro d'octobre a conduit la direction à mettre en place 450 000exemplaires. « Nous n'en avons vendu que 150 000 en kiosques, regrette Patrick Apel-Muller. Nous avons donc été très en deçà de la rentabilité. » Pour l'heure, le magazine édité par Pif éditions (L'Humanité) ne cherche pas de nouveau maître. « Nous sommes dans une logique de poursuite de notre activité, » affirme le directeur de la rédaction. L'équipe a donc décidé de présenter un plan de redressement qui s'articule autour d'une baisse des coûts. Le tribunal de commerce de Bobigny statuera sur la viabilité de ce plan à la fin du mois de mai.

Envoyer par mail un article

Pif tire la langue

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.