Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

« Il y a probablement trop de chaînes »

08/06/2006 - par Entretien : Bruno Fraioli

Pour Jean d'Arthuys, président de M6 Thématique (1), le paysage audiovisuel français, avec 18 chaînes gratuites et 150 payantes, est en surchauffe Toutes ne pourront subsister, avertit-il.

Thierry Ardisson a préféré Paris Première à France 2, qui voulait le garder en exclusivité. On vous imagine satisfait...

Jean d'Arthuys. Oui. C'est un choix que nous n'avons ni souhaité ni provoqué. Mais il est cohérent : Thierry Ardisson était sur Paris Première avant d'être sur France Télévisions. Ce dernier n'a rien découvert. Maintenant, on ne voit pas au nom de quoi, d'un coup, France Télévisions veut changer les règles à son avantage.

Comme président de chaînes, ne comprenez-vous pas la position du service public ?

J.d'A. Dans l'absolu, si, mais il faut aussi considérer les situations telles qu'elles sont : Thierry Ardisson est sur Paris Première depuis de nombreuses années et avait déjà signé son contrat pour la saison suivante. Ce principe d'exclusivité [de France Télévisions] conduit donc à une situation de blocage. C'est dommage car nos chaînes ne sont pas en concurrence et les émissions ne sont pas du même registre. Au contraire, cela aurait profité à tout le monde grâce à un cercle vertueux.

Aujourd'hui, quelle est la place des chaînes thématiques ?

J.d'A. Nous préférons parler de chaînes numériques, car le critère « thématiques » n'est plus pertinent. L'univers de la télévision gratuite est passé de cinq à dix-huit chaînes. C'est un changement majeur. Mais cela représente probablement trop de chaînes, et le marché publicitaire ne pourra sans doute pas les faire vivre toutes de manière pérenne. Il y a surtout une suroffre dans l'univers de la télévision payante. Sur les 150 chaînes existantes, une vingtaine seulement concentre l'audience et la publicité. Et cela sera encore plus difficile avec le développement de la TNT. Seules les vraies marques s'en sortiront.

Des « vraies marques », en avez-vous chez M6 Thématique ?

J.d'A. Oui, grâce au savoir-faire du groupe et à l'expérience de M6. Donner une identité forte aux chaînes est fondamental. Cela se construit avec quelques programmes forts. Pour W9, ce sont les Simpson, le championnat d'Europe de football des moins de 21 ans et des animateurs qui incarnent la chaîne, comme Frédérique Bedos ou François Pécheux. Quant à Paris Première, la promesse est dans son nom : une chaîne parisienne un peu élitiste, avec des magazines originaux animés par de grandes signatures. Le groupe M6 permet de bénéficier de séries et de films de cinéma inédits et exclusifs.

Le rapprochement entre CanalSat et TPS ne risque-t-il pas de provoquer la disparition des chaînes ?

J.d'A. Nous n'avons pas à faire cette analyse. Aujour-d'hui, tout le monde est d'accord pour n'avoir qu'un seul opérateur satellitaire dans un marché qui a fondamentalement changé, notamment sous l'effet de l'entrée des opérateurs ADSL et de la TNT. Mais, même avec une offre satellitaire unique, il existe de nouvelles perspectives de développement pour les chaînes, comme l'ADSL ou la téléphonie mobile. Nous n'avons pas de crainte. En Grande-Bretagne, ce type d'opération a eu un effet inverse avec la création de nombreuses nouvelles chaînes.

Les chaînes numériques du groupe M6 sont-elles rentables ?

J.d'A. Elles gagnent de l'argent, même Paris Première, que l'on a repris déficitaire il y a deux ans. Seule W9 est encore en phase d'investissement lourd. Son lancement est un succès. Nous restons très réactifs et ambitieux. Il existe plusieurs scénarios de développement pour W9 selon la montée en puissance du parc d'adaptateurs.

(1) Paris Première, W9, Téva, TF6, Série Club, Fun TV, M6 Music hits, M6 Music rock, M6 Music black.

Envoyer par mail un article

« Il y a probablement trop de chaînes »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.