Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Zurban cherche son salut sur le Net

15/06/2006 - par Delphine Le Goff

Sale temps pour les city guides. Après Nova magazine, en 2004, c'est au tour de Zurban de mettre la clé sous la porte. Son propriétaire, ­Hachette Filipacchi Médias (HFM) a en effet décidé l'arrêt de la parution de l'hebdomadaire, dont le dernier numéro est sorti le 8 juin. Le titre était fortement concurrencé par Internet ainsi que par les journaux gratuits, tandis que la culture est de mieux en mieux traitée par les news magazines.

Lancé par Alban Sauvanet en 2000, Zurban, qui a fêté son 300enuméro en mai, était à l'origine détenu à 55 % par Bernard Arnault et s'inspirait du Time Out londonien. Repris par HFM fin 2001, il a vu sa diffusion payée baisser d'année en année : elle avait chuté de 7,4 % en 2005, à 46 399 exemplaires selon l'OJD. Les pages de publicité y étaient fort rares.

Vers un portail culturel

HFM va néanmoins continuer à exploiter la marque Zurban, notamment à travers l'activité guide sur trois thématiques : les lieux gays, les restaurants et la nuit. Le city guide pourrait également trouver une seconde vie sur le Web : HFM compte lancer à l'automne un portail culturel où Zurban pourrait avoir sa place, aux côtés d'autres magazines du groupe, comme Première et Pariscope.

Pour l'heure, les 13 000abonnés se verront proposer un basculement de leur abonnement sur Pariscope (92 806exemplaires). Ce dernier vient par ailleurs d'enrichir son contenu rédactionnel, afin de pouvoir ­obtenir une commission ­paritaire et d'étoffer son portefeuille d'abonnés. Pour ce qui est du volet social, des reclassements au sein du groupe seront proposés aux vingt salariés de Zurban.

Envoyer par mail un article

Zurban cherche son salut sur le Net

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.