Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Libé cherche des souscripteurs

22/06/2006 - par Muriel Signouret

Le journal est sommé de dégager entre 3 et 6 millions d'économies. Parmi les pistes étudiées : la souscription.

En attendant de trouver de l'argent frais auprès de son actionnaire actuel, Édouard de Rothschild, ou de nouveaux ­investisseurs, le personnel de Libération réfléchit à lancer un appel à la souscription. À l'instar de L'Humanité, qui a récolté 1,5 million d'euros depuis la mi-janvier auprès de 11 500 lecteurs. Une formule également utilisée en son temps par Jean-François Kahn pour lancer L'Événement du jeudi et Marianne. « Si 300 000personnes nous versaient 5 euros, nous pourrions rassembler 1,5 million d'euros », calcule François Wenz-Dumas, délégué SNJ de Libération. La somme n'est pas anecdotique puisque la direction du journal - le départ de Serge July et de Louis Dreyfus devait être acté cette semaine- est contrainte par Édouard de Rothschild d'établir un plan pour dégager entre 3 et 6 millions d'euros d'économies. Ce n'est qu'après son adoption que le banquier d'affaires se dit prêt à envisager une recapitalisation.

Remettre les comptes à plat

La souscription est une piste parmi d'autres. Elle serait, en tout état de cause, insuffisante. Depuis le début de l'année, Libération perd en moyenne 500 000 euros chaque mois. Sa ­direction travaille sur une centralisation de l'impression, une réduction de la ­pagination ou l'abandon des projets de suppléments Plaisirs et R, qui devaient voir le jour à la rentrée. Faudra-t-il en passer par une nouvelle réduction de la masse salariale, alors que le plan social de novembre dernier a déjà entériné le départ de 55 salariés, auxquels se sont greffés 4 démissionnaires ? « L'hypothèse d'un redressement judiciaire au 1er juillet n'est pas non plus exclue », avance François Wenz-Dumas. Une solution que ne semblent craindre ni Édouard de Rothschild, pour qui ce serait l'occasion de remettre les comptes à plat, ni la Société civile des personnels de Libération, deuxième actionnaire du quotidien (18,45 % du capital), qui y voit l'occasion de chercher plus sereinement une solution à long terme.

Envoyer par mail un article

Libé cherche des souscripteurs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.