Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La quête d'audience de Radio France

31/08/2006 - par Muriel Signouret

Selon la dernière enquête réalisée par Médiamétrie, les auditeurs boudent davantage les stations du service public que leurs concurrentes. D'où un nécessaire renouveau pour la rentrée.

Comme de coutume, les radios n'ont pas pris de vacances cet été, tout occupées qu'elles étaient à peaufiner leurs grilles de rentrée. Cette année, elles ont dû mettre les bouchées doubles en raison de résultats d'audience décevants. Publiée le 19 juillet dernier, l'enquête 126 000 Radio de Médiamétrie qui concerne la période avril-juin 2006 révèle un recul du média sur l'ensemble des indicateurs, que ce soit l'audience cumulée (- 1,2 point, à 81,5 %), la part d'audience (- 0,4 point, à 12,5 %), en passant par la durée d'écoute (174 minutes), qui a perdu 3 minutes par rapport à la même période l'an dernier. Si RTL reste en tête des généralistes, avec une part d'audience de 11,6 % (+ 0,1 point par rapport au printemps 2005), France Inter et Europe 1 se retrouvent ex æquo à 7,9 % de part d'audience, la deuxième en baisse sur un an (- 0,4 point).

Désamour des auditeurs

« Plus que les radios commerciales, dont l'audience globale se situe dans la continuité des précédentes vagues de la période avril-juin, estime Sylvain Niquet, directeur des études radio chez Aegis Media ­Expert, ce sont les stations du groupe Radio France qui ont particulièrement souffert. » Sur une année, la part d'audience de la radio phare, France Inter, demeure stable, même si son audience cumulée a baissé de 0,6 point. Mais la part d'audience de France Info recule, elle, de 0,4 point, à 3,6 %, tandis que celle de France Bleu perd 0,2 point (à 5,2 %). Le président de la Maison ronde, Jean-Paul Cluzel, a promis une rentrée placée sous le signe du renouveau, comme en témoigne l'arrivée d'un nouveau directeur à France Inter, Frédéric Schlesinger. Son objectif : reconquérir des auditeurs en pleine crise de désamour avec les stations du service public.

C'est d'abord sur la matinale qu'il devra plancher, puisque l'audience de la station entre 6 et 9 heures a baissé de 9 % sur la cible des 13 ans et plus. La direction fait le pari d'une nouvelle voix, celle de Nicolas Demorand, un transfuge des matins de France Culture, âgé d'à peine 35 ans, qui prendra le micro de Stéphane Paoli.

À chacun son effet Coupe du monde...

Mais les ajustements annoncés avant la période estivale, comme le départ de Macha Béranger et le déplacement de l'émission de Daniel Mermet Là-bas si j'y suis à 15 heures au lieu de 17 heures, alors même que la part d'audience de l'émission avait grimpé de plus de 12 % par rapport à avril-juin 2005, ont fait grincer bien des dents, tant des salariés que des auditeurs. « Sur le plan des résultats d'audience, il faudra attendre quelques vagues pour juger ces modifications, car les changements s'opèrent toujours dans la douleur », prévient déjà Sylvain Niquet (Aegis Media Expert).

Du côté de France Bleu, c'est plutôt l'après-midi, notamment la tranche 18-20 heures, qui peine à fidéliser ses auditeurs, surtout les plus âgés. S'agissant de la baisse d'audience de France Info, particulièrement importante sur la tranche 9-12 heures puisqu'elle perd 19 % d'auditeurs, la direction l'explique dans un communiqué par « l'importance, dans l'actualité sportive, de la Coupe du monde de football, pour laquelle le format de la radio n'est pas particulièrement adapté ». Une actualité qui a largement profité à RMC (+0,9 point, avec une part d'audience à 4,2 %), laquelle a consacré son antenne au Mondial de 14 heures à minuit...

Envoyer par mail un article

La quête d'audience de Radio France

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.