Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pour l'audience de RMC, le travail fait la santé

28/09/2006 - par Muriel Signouret

Rachetée en 2000 par Alain Weill, la station a franchi cet été le cap symbolique des 5 % d'audience. Sa recette : un format parlé et surtout l'interactivité.

En ce jeudi 14 septembre, à 8 heures, la tension est à son comble au sixième étage de la tour Cognacq-Jay, à Paris. RMC reçoit Lionel Jospin, candidat potentiel à la présidentielle. L'homme politique a accepté de se prêter à l'exercice périlleux de prendre le micro de Jean-Jacques Bourdin, chef d'orchestre de la matinale. Dans le studio 1 de la radio, gardes du corps, attachée de presse, photographes et journalistes du service politique de la rédaction sont aux aguets. Sans oublier le directeur général de RMC, Franck Lanoux, qui écrit les transitions pour son invité... et lui rappelle, à l'heure de la publicité, de dire bonjour aux auditeurs...

Regard marketing

Ici, tout le monde met la main à la pâte. Tel est l'un des secrets de la ­petite radio. En cinq ans, elle est passée d'une audience de 1,9 % à plus de 5 %, une barre symbolique franchie cet été, selon la première enquête 126 000 Radio de Médiamétrie pour la période juillet-août. « Pour qu'une boîte marche, il faut que toute l'équipe retrousse ses manches », insiste Franck Lanoux, le bras droit de la première heure d'Alain Weill, PDG du groupe NextRadioTV. Ce dernier a racheté en 2000 la station monégasque, jugée « morte » par le marché publicitaire, après que la candidature de NRJ Group, dont il était alors directeur général, a été rejetée en raison du seuil de concentration fixé à 150 millions d'auditeurs potentiels.

Rapidement, les nouveaux dirigeants de la station n'ont pas hésité à effectuer des coupes claires. Moins de 10 % des 115 salariés que ­recensait RMC sont restés. Quant au bureau de Monaco, qui était le siège historique de la station, il ne compte plus qu'une seule personne. « Nous avons voulu ­reconstruire une radio moderne avec des gens spécifiquement recrutés pour ce ­projet », admet Franck Lanoux.

Le travail ne fait pas seul la santé de la radio, laquelle, avec BFM, l'autre station du groupe, a dégagé un bénéfice de 9,1 millions d'euros en 2005. Il a aussi fallu séduire le marché publicitaire. « Alain Weill a une bonne image auprès des annonceurs, analyse Valérie Debord, directrice du département radio de MPG. Il a surtout réussi à trouver un bon positionnement. » C'est le ­concept de la radio « talk », inspiré de ce qui se fait aux États-Unis, qui a permis à RMC d'émerger parmi les nombreuses généralistes et musicales. « Nous avons eu un vrai regard marketing, explique Franck Lanoux. Avec une telle marque et un bon réseau de fréquences, il ne nous restait plus qu'à trouver le format. » La direction peaufine la grille autour du triptyque « info, talk, sport ». « Une stratégie gagnante car le sport est une valeur montante de la société », reconnaît Valérie Debord. Et pour se remettre de n'avoir pu racheter Sport O'FM, RMC ne va pas hésiter à débourser plus de 560 000 euros pour obtenir les droits exclusifs de la Coupe du monde de football en 2002.

« Plus encore que le format parlé, c'est le " talk-show " qui fait notre spécificité, autrement dit le recours à des personnalités fortes qui s'expriment à la première personne », poursuit Franck Lanoux. Un « je » qui peut parfois virer populo... mais qui reste populaire. Pour preuve, l'inexorable progression de l'audience depuis cinq ans auprès des moins de 50 ans. Pour preuve encore, les sonneries incessantes du standard installé au coeur des studios. « C'est une manière symbolique d'obliger invités et journalistes à rester en contact avec les auditeurs. Car ce sont eux qui font, avec nous, la radio », s'emballe Franck Lanoux. Avant d'ajouter : « De fait, nous sommes un peu le Wikipédia de la radio. »

Envoyer par mail un article

Pour l'audience de RMC, le travail fait la santé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.