Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Overdose de séries américaines ?

12/10/2006 - par Bruno Fraioli

Les chaînes multiplient la programmation de séries américaines, garantes de fortes audiences. Mais ne risquent-elles pas d'épuiser le filon ?

Depuis la rentrée, les séries « made in USA » ont envahi les grilles des chaînes de télévision généralistes, qui n'hésitent plus à les programmer en première partie de soirée. Les Experts, FBI portés disparus, Prison Break, Grey's Anatomy et autre NCIS font le bonheur des soirées de TF1, France 2 et M6, laissant des miettes aux autres genres. « Les chaînes y trouvent des avantages, explique Isabelle Grima, directrice télévision à l'agence médias Initiative. D'une part, le coût d'acquisition de ce type de programme est assez raisonnable. D'autre part, le nombre d'écrans publicitaires peut être substantiellement augmenté. » De quoi générer des recettes supplémentaires, donc. Mais en surexposant de la sorte leurs séries, les chaînes ne prennent-elles pas le risque de lasser les téléspectateurs ? « L'engouement a mis du temps à arriver, et son ampleur nous surprend, avoue Laurent Storch, directeur des acquisitions de TF1. Je ne crains pas un phénomène de lassitude. La production actuellement sur les antennes américaines est toujours de très haut niveau. Mais il ne s'agit pas non plus de faire n'importe quoi en termes de programmation. » Une vision partagée par Jean-Baptiste Jouy, directeur des programmes de France 2 : « Il existe une forte capacité de renouvellement. Mais, attention, la tentation est grande pour certains de vouloir profiter trop fortement et rapidement du filon. »

Une aubaine pour la publicité

En tout cas, pour l'instant, le marché publicitaire en profite. Les séries américaines sont toujours très appréciées. Selon Initiative, sur TF1, le dimanche soir, les écrans diffusés dans Les Experts sont 6 % plus puissants que ceux diffusés en septembre 2005 dans un film de cinéma, pour un coût du GRP comparable sur la cible des 15-49 ans. « Grâce à leur récurrence, les séries offrent aussi une stabilité de l'audience que ne permettent pas les films de cinéma, indique Isabelle Grima. Cependant, nous perdons aussi le côté événementiel qu'offrait le contexte d'un film de cinéma, qui apportait aussi un public intéressant consommant peu la télévision. » Une cible qu'il faudra peut-être aller chercher maintenant sur les chaînes thématiques.

Envoyer par mail un article

Overdose de séries américaines ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.