Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Journalistes d'un jour

12/10/2006 - par Alexandra Montaldier

Dans le prolongement de son partenariat avec le Women's Forum, le quotidien économique Les Échos a fait appel à quatre-vingt-dix femmes d'influence pour rédiger son édition du 9 octobre. Légèreté et professionnalisme garantis...

J'ai l'impression que tout le monde a déjà avancé sur ses papiers, mais comment cela va-t-il s'organiser ? », demande Christine Angot, écrivain. Et ­Emmanuel Hecht, des Échos, de lui répondre ironiquement : « Chacun va se mettre au travail et puis après, il y aura une bataille de tartes à la crème ! » Le ton est donné. Entre piaffements d'impatience et bavardages, les invitées s'interrogent dès l'ascenseur sur le déroulement exact de cette journée du dimanche 8 octobre, que Les Échos consacrent à la ­rédaction du journal à paraître le lendemain. Quatre-vingt-dix « femmes d'influence » se retrouvent dans la joie et la bonne humeur au premier étage d'un immeuble du iie arrondissement de Paris afin de découvrir leur binôme, le journaliste d'expérience qui va les guider dans la rédaction d'un article. Toutes sont logées à la même enseigne : le sujet leur est imposé (sauf pour l'humoriste Anne Roumanoff, qui n'a pas aimé le sien et lui a préféré le thème de la jalousie dans l'entreprise), ainsi que le calibrage (la longueur de l'article, en jargon journalistique) et l'heure de la remise des copies, fixée au plus tard à 18 h 30. Restent donc le choix des mots et la définition de l'angle, ce qui visiblement pose un problème à la sénatrice de Seine-Saint-Denis, Dominique Voynet, qui juge l'exercice « assez compliqué mais bandant ! »

« Pétrifiée d'angoisse »

10h30. Les flashs crépitent, les cadreurs montent sur les tables, le micro passe de main en main dans la salle de conférence de rédaction, afin que chacune expose son sujet. Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, annonce en pleine lumière qu'elle planche sur les enjeux de l'après-pétrole. Même travail réclamé à la députée des Deux-Sèvres, Ségolène Royal. Un peu plus tard, Blandine Kriegel, présidente du Haut Conseil à l'intégration, lève la main dans l'ombre pour faire remarquer qu'elle ne connaît absolument rien au sujet qu'on lui a attribué sur la gestion des actifs. Ce à quoi répond, sourire aux lèvres, Érik Izraelewicz, directeur adjoint de la rédaction : « Il n'y a pas de petits sujets, vous savez... » Ni de fâcheries non plus. Même dans la tourmente avec 110 lignes à rédiger et un encadré sur les progrès de l'astrophysique sur la matière noire, Natalie Rastoin, directrice générale d'Ogilvy France, garde son sang-froid. Tout au plus avoue-t-elle être « totalement pétrifiée d'angoisse ». Heureusement, l'actualité du jour contient aussi des faits plus abordables, comme le dialogue social (attribué à Mercedes Erra, présidente exécutive d'Euro RSCG monde), les 35 heures dans la restauration (la députée de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet) ou encore un portrait d'Alain Juppé (Anne Méaux, PDG d'Image 7).

Entre deux interviews pour les plus médiatiques d'entre elles, à l'instar de la présidente du Medef, Laurence Parisot, ces journalistes d'un jour tentent désespérément de rendre leur papier dans les temps. Pour ce numéro 19 768 des Échos, le tirage a été augmenté à 225 000 exemplaires. « Mon principal problème est de les pousser à parler des faits plus que de leurs opinions », sourit Érik Izraelewicz.

17 heures. Après moultes tergiversations, le sujet du tabac, traité notamment par Monique Canto-Sperber, directrice de l'École normale supérieure, fera la une. Les copies sont révisées puis envoyées. Remerciements et tutoiement sont désormais de rigueur au sein des binômes. Avant de partir, Anne Roumanoff lance : « Maintenant, quand j'aurai des journalistes au téléphone, je serai plus aimable ! » Pari gagné pour Les Échos.

Envoyer par mail un article

Journalistes d'un jour

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies