Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le fil d'Arianna

19/10/2006 - par Delphine Le Goff

The Huffington Post, blog politique où célébrités et stars hollywoodiennes commentent l'actualité, est l'un des plus influents du Web anglo-saxon. Une aura qui tient surtout à sa flamboyante patronne, Arianna Huffington.

Les téléspectateurs américains connaissent bien son brushing laqué et son inimitable phrasé, ronronnement mâtiné d'un fort accent grec. Ajoutez un carnet d'adresses en or, un culot infernal, et vous aurez un bon aperçu d'Arianna Huffington, qui a fait de son blog The Huffington Post, lancé le 9 mai 2005, l'un des sites les plus influents des États-Unis (http://www.huffingtonpost.com). Le principe ? Faire commenter par des stars ou des intellectuels les faits d'actualité. Voilà qui coule de source pour Arianna Huffington, cinquante-cinq ans, qui, au contraire des blogueurs ordinaires, « n'a pas passé, dans sa vie d'adulte, plus de deux jours loin des projecteurs », selon le Sun de Baltimore.

Née Stanissopoulos à Athènes, Arianna tombe un jour sur une photo de Cambridge qui la fait rêver. Elle ne parle pas anglais. Qu'à cela ne tienne, elle apprend seule la langue de Shakespeare et est acceptée dans la prestigieuse université, où elle s'illustrera comme championne des concours d'éloquence. Elle ne met pas longtemps à publier son premier best-seller, The Female Woman, qui tire à boulets rouges sur le féminisme des années soixante-dix. Puis produit dix ouvrages, dont des biographies de Maria Callas et de Picasso. Arianna tient salon dans son appartement de New York, où elle reçoit notamment Henry Kissinger.

Mais sa conquête de la haute société américaine sera totale après son mariage avec Michael Huffington, en 1985. Ce fils d'un magnat texan du pétrole n'est pas franchement hétérosexuel ? Peu importe. Arianna pressent le potentiel politique de ce républicain bon teint qui, cornaqué par son ambitieuse épouse, est élu au Congrès en 1992. Après leur divorce, en 1997, Arianna retourne sa veste. Elle déménage à Los Angeles et se présente dans le camp démocrate contre Schwarzenegger pour devenir gouverneur de Californie. « Si elle était restée à droite, elle n'aurait été invitée dans aucune fête à Los Angeles », persifle un commentateur, tandis que le Boston Herald la décrit comme « une femme qui change d'opinions politiques aussi souvent que Jennifer Lopez change de mari ». Elle ne convainc pas les électeurs, réunissant seulement 3 % des votes.

Attirer l'attention à tout prix

Aujourd'hui, Arianna se passionne pour la blogo-sphère parce que, expliquait-elle à Vanity Fair lors du lancement de son blog, « couvrir ce qui se passe dans le monde, jour après jour, est la seule chose qui puisse influencer les gens ». D'aucuns pensent plutôt qu'elle ferait tout pour attirer l'attention. Elle a en tout cas réussi à s'associer à un ancien vice-président de Time Warner, Kenneth Lerer, et essaie de commercialiser son contenu via une société spécialisée dans la syndication, Tribune Media Services. Des personnalités comme Warren Beatty, Diane Keaton, l'historien Arthur Schlesinger ou encore Norman Mailer signent dans le Huffington Post, même si l'on est encore bien loin des trois cents personnalités annoncées.

Il en faudrait plus pour troubler Arianna Huffington, qui n'hésite pas à biaiser avec la déontologie si cela peut faire parler d'elle. En mars dernier, George Clooney découvre un billet signé de son nom, où il critique les démocrates pour leur mollesse durant le conflit en Irak. C'est Arianna qui a compilé les propos de l'acteur, recueillis dans le Guardian et lors d'une émission de Larry King, sur CNN. L'effrontée a présenté ses excuses, expliquant qu'elle essaie de faire venir dans la blogosphère « certaines des voix les plus importantes de notre époque ». L'incident a fait connaître le Huffington Post au grand public. Nul doute qu'Arianna en rit encore.

Envoyer par mail un article

Le fil d'Arianna

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.