Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Unimedia, flux et stock

02/11/2006 - par Amaury de Rochegonde

Spécialisée dans les programmes de flux (jeux, magazines, divertissements, etc.), la société se développe dans le stock (fiction et animation). Et cherche à diversifier ses clients.

Unimedia, la société de Pascal Bataille et Laurent Fontaine (Loribel, BlooProd et Blue Spirit), veut faire des acquisitions. Elle démarche en ce sens des fonds, alors que 80 % de son chiffre d'affaires 2006 (15 à 16 millions d'euros) est réalisé avec un seul client : le groupe TF1, pour lequel sont produits Y a que la vérité qui compte, En quête de vérité, La Méthode Cauet et Utiles, émission dominicale sur LCI. « Pour exister dans la production, il faut diversifier les clients et les produits », reconnaît Pascal Bataille. D'où la recherche de genres différents, notamment dans la fiction et l'animation, où la société assure le tiers de son activité. Anne Evrard, ex-Carrere Group, vient ainsi de rejoindre le groupe pour apporter son expertise via Galaxie 7, société rachetée à 95 % par Unimedia. Au programme : Amos Daragon, un 26 fois 26 minutes d'« heroic fantasy » développé avec M6, Blaise le blasé, une série d'animation (26 épisodes de 26 minutes) avec France 2 et Services sacrés, une série en six parties de 52 minutes concoctée avec TF1. De même, Blue Spirit, société détenue à 25 %, et bientôt 51 %, a lancé le 23 octobre sur France 5 une série d'animation en 3D (Grabouillon) et travaille sur Heros Academy (26 fois 26 minutes), une série qui met en scène des super-héros, pour un budget de 7 millions d'euros.

Varier les clients aussi

Un tel développement vise aussi à compenser une perte nette de chiffre d'affaires de 5 millions d'euros sur La Méthode Cauet (TF1). « On a cédé à Cauet la part de producteur exécutif, mais on a gardé notre rôle sur l'artistique et l'éditorial, le plus profitable », note Pascal Bataille. VM Group a dû, de son côté, cesser son activité (3 millions d'euros) suite à l'arrêt de Savoir plus santé et des Grandes Énigmes de la science. Reste maintenant à diversifier les flux de clientèle. Pascal Bataille, qui constate une ouverture du service public, vient de signer avec France 2 un prime time de divertissement pour la fin d'année. Et il ne désespère pas de convaincre M6. « Sa résistance a été très forte, mais elle l'est moins », conclut-il.

Envoyer par mail un article

Unimedia, flux et stock

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.