Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Bruno Chetaille, un « évolutionniste » à Médiamétrie

02/11/2006 - par Amaury de Rochegonde

L'ancien patron de TDF, qui succède à Jacqueline Aglietta, devra conduire d'importants changements et accompagner la révolution induite par les nouveaux médias.

La nomination de Bruno Chetaille à la présidence de Médiamétrie, où il remplacera Jacqueline Aglietta à compter du 23 décembre, fait l'objet d'un consensus. Pour autant, ce n'est pas un profil de diplomate qui a intéressé les administrateurs de l'institut de mesure d'audience mais celui d'un « évolutionniste », selon le mot de Jean-Paul Cluzel, président de Radio France et du comité de sélection de Médiamétrie. Autrement dit, il fallait un homme capable d'orchestrer des évolutions significatives au sein de l'organisme pour accompagner la révolution induite par les nouveaux médias.

PDG de TDF de 1992 à mai 2006, puis président du conseil de surveillance de la société holding de ce même groupe, Bruno Chetaille ­connaît parfaitement les problématiques de la diffusion et n'est pas dénué de sens politique. Après HEC, il a commencé sa carrière à l'Institut national de l'audiovisuel, dont il a été le directeur commercial de 1980 à 1982, avant de rejoindre la Caisse des dépôts, la Générale des eaux, puis le cabinet de François Mitterrand, dont il est le ­conseiller technique pour la communication de 1988 à 1992. « Bruno Chetaille a montré à TDF sa capacité à conduire un changement important, souligne Jean-Paul Cluzel. L'ancienne entreprise publique, jadis exclusivement concentrée sur la diffusion hertzienne analogique, est devenue privée et a diversifié 50 % de sa diffusion. En outre, en termes de capacité managériale, nous cherchions un profil de dirigeant capable de dialoguer avec de grands statisticiens tout en étant parfaitement indépendant des administrateurs. »

Ce qui n'était pas nécessairement le cas des autres noms ayant circulé, comme celui de Bruno Delecour, président d'OMD, ou de Marc Tessier, ancien président de France Télévisions. Le nouveau patron de Médiamétrie reprend les rênes d'une entreprise qui pèse 43 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie 353 salariés. L'institut vient de confier à Patrick Ballarin la mise en place d'une filiale commune Médiamétrie-Netgem destinée à mesurer l'audience réalisée par la télévision sur ADSL.

Envoyer par mail un article

Bruno Chetaille, un « évolutionniste » à Médiamétrie

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.