Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Mon kiosque est en ligne

09/11/2006 - par Delphine Le Goff

Après quelques mois d'activité, les débuts des kiosques numériques sont modestes. Mais aucun éditeur ne veut en être exclu.

Le 18 octobre, le kiosque en ligne américain zinio.com procédait à un état des lieux de son activité depuis son lancement il y a quatre ans. Sa conclusion ? La presse n'est qu'aux prémices d'importants changements. Au premier semestre 2006, les responsables du site ont constaté une croissance de 154 % des transactions sur un an. Entre le 1er janvier et le 31 août 2006, ce ne sont pas moins de 10,9 millions de magazines qui ont été achetés au numéro ou par abonnement. Et 55 millions de magazines numériques ont été vendus sur Zinio depuis 2002.

En France, les kiosques numériques n'existent que depuis juin 2006. Cyber Press Publishing, éditeur de titres traitant de musique et de cinéma, a essuyé les plâtres au printemps dernier avec monkiosque.fr, estimant que la diffusion numérique lui permettrait de reconquérir un jeune lectorat ne fréquentant pas les kiosques. Pour l'heure, le bilan est modeste. « Ce mode de diffusion ne va pas enrichir les éditeurs à court terme, mais ils savent qu'il est incontournable, lâche Isabelle Weill, directrice marketing et communication de Cyber Press Publishing. La plupart sont d'ailleurs présents sur notre plate-forme et sur celle d'Hachette. »

Une démarche de commerçant

HDS Digital, filiale d'Hachette Distribution Services, a lancé en août son kiosque numérique, consultable sur virginmega.fr et relay.fr. Après deux mois, les débuts sont encourageants pour le kiosque, qui propose trois formules : la vente au numéro, l'abonnement classique ou un forfait de 9,90 euros par mois permettant de télécharger quatre magazines de son choix. « Lors du premier mois, nous réalisions 80 % de ventes au numéro. Aujourd'hui, nous sommes déjà passés à 50 %, les deux autres formules progressant ensemble de 20 à 50 % », précise Aymeric Bauguin, directeur général de HDS Digital.

Les kiosques numériques français présentent un atout de taille par rapport au modèle américain. « Aux États-Unis, la diffusion numérique est pilotée par des sociétés technologiques, telles Zinio, Newstand ou Olive », note Aymeric Bauguin. En France, nous avons une démarche de commerçants, avec un savoir-faire dans le merchandising de presse. » Les problématiques des magazines numériques rejoignent d'ailleurs les grandes questions liées aux nouvelles voies de la diffusion. Tout comme la presse papier, qui essaie de s'implanter dans des lieux de vente autres que ceux qui lui sont affectés, les magazines numériques de HDS Digital ne se déploient pas sur un site ad hoc. « Nous préférions nous implanter sur un site existant comme virginmega.fr, qui draine déjà plus de 2 millions de visiteurs uniques par mois, explique Aymeric Bauguin. La presse est un achat d'impulsion. Autant aller la proposer sur des sites vendant d'autres produits, mais en affinité avec les titres. On pourrait imaginer mettre en vente des magazines de sport sur le site decathlon.fr, par exemple. »

« Lecteurnaute »

Voilà qui augure des perspectives brillantes pour les magazines numériques, même si les esprits chagrins objectent que ces versions numériques n'offrent pas un bénéfice évident pour le lecteur. Faux, répond-on chez Cyber Press Publishing, où l'on en a identifié un d'un nouveau type : le « lecteurnaute ». « Dans les années à venir, on va s'orienter vers un achat d'articles plus que de magazines, estime Isabelle Weill. Avec les kiosques numériques, le " lecteurnaute " pourra se composer son propre magazine. » Ou découvrir des titres de qualité noyés dans la masse des kiosques. « Nous proposons, par exemple, Transfuge, un magazine sur l'actualité littéraire étrangère, souligne Aymeric Bauguin. Les plate-formes numériques, qui ambitionnent de vendre en ligne les 500 magazines réalisant 80 % du marché, peuvent aussi être un vrai relais de croissance pour des titres plus confidentiels. »

D'autant que les coûts sont relativement modiques pour les éditeurs : chez HDS Digital, on estime que ceux-ci rentrent dans leurs frais à partir d'une quarantaine d'exemplaires vendus. C'est symbolique, mais pas question pour les éditeurs d'être absents des kiosques virtuels. Comme Prisma Presse, qui teste ses titres phares (Gala, Capital et Femme actuelle) avec HDS Digital. « Nous ne sommes pas en attente de gros volumes, résume Fabienne Schwalbe, directrice marketing et diffusion de Prisma. Mais l'expérience nous permet à la fois de toucher de nouveaux lecteurs et de tester notre chaîne numérique. »

www.monkiosque.fr

www.virginmega.fr

www.relay.fr

www.newstand.com

www.zinio.com

Envoyer par mail un article

Mon kiosque est en ligne

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies