Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pour Olivier Royant, un Match toujours aussi disputé

30/11/2006 - par Amaury de Rochegonde

À l'occasion de la sortie du numéro 3000 de Paris Match, le directeur de l'hebdomadaire est revenu sur l'éviction de son prédécesseur, Alain Genestar. Il précise être solidaire de sa rédaction.

Nul n'ignore qu'Alain Genestar a été démis de ses fonctions avant l'été pour une couverture Richard Attias-Cécilia Sarkozy qui a déplu à Nicolas Sarkozy. « Le ministre de l'Intérieur, quand il affirme n'être pour rien dans mon licenciement, ne dit pas la vérité », a-t-il confié au Monde le 17 novembre, peu de temps après avoir négocié une indemnité de 2 millions d'euros pour son éviction. Son successeur, Olivier Royant, s'est à son tour exprimé longuement sur le sujet, le 23 novembre, au Press Club, à l'occasion du 3 000e numéro de Paris Match.

Surprise ! Le nouveau directeur a indiqué qu'il s'apprêtait à quitter l'hebdomadaire quand il a été appelé à remplacer Alain Genestar. « Suis-je un usurpateur ? », s'est-il interrogé. Tout en affirmant avoir été loyal envers son prédécesseur, dont il était l'adjoint, il précise avoir accepté le poste une fois que l'actionnaire Arnaud Lagardère et Gérald de Roquemaurel, alors PDG de Hachette Filipacchi Médias, lui eurent donné « toutes les garanties » d'indépendance. Il se déclare d'ailleurs « solidaire » de sa rédaction, qui a fait grève le 29 juin.

Surprendre... avec prudence

Diplômé de Sciences Po et titulaire d'un MBA de finance de la Columbia University (New York), Olivier Royant, quarante-quatre ans, a passé dix ans aux États-Unis, de 1988 à 1998, en tant qu'envoyé spécial permanent de Paris Match. « La carte de presse, qui me fait gagner beaucoup moins d'argent, a-t-il déclaré, a une contrepartie : une notion inaliénable d'indépendance. » Se disant plus connaisseur des réseaux de la côte Est que des milieux politiques parisiens, Olivier Royant assure qu'il n'avait jamais rencontré Nicolas Sarkozy - pas plus que Ségolène Royal - avant son arrivée à la tête du journal. Depuis, il affirme avoir déjeuné il y a un mois avec le président de l'UMP, « quelqu'un qui parle beaucoup de lui-même ». Question : referait-il la même une avec la photo de Cécilia, qui s'est d'ailleurs bien vendue, à quelque 900 000 exemplaires ? « On va laisser les autres le faire, réplique-t-il. J'ai participé à la décision de faire cette couverture car, en tant que directeur adjoint, je n'étais pas aux fraises. On nous disait : " Allez-y les p'tits gars ! " Et il y a eu des pages entières sur cette histoire en se servant du contenu de Paris Match ». Et de fustiger les « journalistes boeuf-carottes » qui, à l'instar de l'inspection générale des services de la police, jugent de la pertinence d'un contenu sans aller sur le terrain.

Paris Match est-il sorti quelque peu échaudé de cet épisode ? Vis-à-vis des politiques, la plus grande prudence règne aujourd'hui. L'hebdomadaire a refusé de publier le cliché de Ségolène Royal en maillot de bain, sorti par VSD. Et n'a pas cherché à imprimer contre sa volonté une photographie de la candidate sur un canapé au lendemain de sa victoire aux primaires du Parti socialiste. Pour autant, la une avec Muriel Robin au bras de son amie - qui vaut une assignation au journal - montre que Paris Match demeure un journal qui cherche à surprendre. « Je ne sais pas comment on fait sans provoquer », confie Olivier Royant.

L'hebdomadaire, dont la diffusion en 2006 est à un niveau comparable à celle de 2002 (soit 613 823 exemplaires payés en France, - 3 % par rapport à 2005), doit affronter la concurrence d'Internet et du mobile dans la circulation des images. « On va consolider la partie professionnelle de notre site et faire remonter les photos des cyber-reporters, indique Olivier Royant. Aujourd'hui, avant même qu'on parte quelque part, la photo est faite. Pourquoi les gens attendraient-ils jeudi avant de la voir ? Il va falloir trouver une solution. » Après le Match de l'argentique, le Match du numérique ?

Envoyer par mail un article

Pour Olivier Royant, un Match toujours aussi disputé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.