Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le Parisien veut contrer Springer

07/12/2006 - par Amaury de Rochegonde

Le groupe a présenté le 30 novembre un projet d'entreprise ambitieux qui prévoit un développement sur les nouveaux supports et la parade à un éventuel concurrent.

L'information a filtré à l'occasion d'un comité d'entreprise extraordinaire, le 30 novembre, quand le directeur général du Parisien a présenté son « projet d'adaptation du groupe à l'ère du plurimédia ». « M. Hornain a confirmé que la création d'un nouveau quotidien à 0,50 euro était à l'étude, afin de contrer éventuellement le lancement par Springer d'un nouveau journal populaire en France », selon un compte rendu du Syndicat national des journalistes.

Une menace qui se précise en effet depuis qu'Edda Fels, porte-parole du groupe allemand, a confirmé qu'un « Bild à la française » avançait à grand pas : « Nous préparons la constitution d'une petite équipe de rédaction », a-t-elle lancé le 23 novembre. C'est Rémy Dessarts, PDG d'Axel Springer France et ancien de M6 comme de Prisma, qui a pris les rênes du projet rédactionnel. Il saura début 2007 si son groupe prend une décision définitive de lancement pour fin 2007 ou début 2008. Si tel est le cas, Springer table sur un investissement de 60 millions d'euros la première année et sur l'équilibre au bout de trois ans, avec 120 millions investis.

Le groupe Amaury, actionnaire du Parisien, a d'autant plus de raisons de craindre cette adaptation du Bild que Rémy Dessarts prévoirait de nourrir son titre en informations régionales et qu'il peut s'inspirer du succès du quotidien polonais Fakt, numéro un des ventes avec 540 000 exemplaires deux mois après son lancement, en octobre 2005. Les deux groupes, français et allemand, se connaissent bien pour avoir lancé ensemble, en avril 1998, Computer Plus, un magazine informatique décliné de... Computer Bild. À moins que les deux éditeurs ne parviennent à s'entendre, Le Parisien va donc chercher à contrer Springer avec un projet de quotidien à moitié prix, qui est justement le ­positionnement populaire recherché par l'éditeur allemand.

Agitation sociale

Au-delà, Le Parisien cherche à réduire ses coûts, alors qu'il perdrait encore 4 à 6 millions d'euros en 2006, malgré des ventes en hausse de 3 % (avec Aujourd'hui en France) et un chiffre d'affaires publicitaire à + 9 %. Pour cela, le titre prévoit un redéploiement sur le livre, un magazine du samedi pour lequel une étude sera lancée début 2007, un nouveau portail Internet et la diffusion d'informations à destination des mobiles. « Il s'agit de transférer 10 % des coûts de l'activité presse quotidienne vers les activités de développement », a indiqué Jean Hornain, qui rêve de faire du Parisien une « entreprise plurimédia présente sur tous les supports d'information rentables. »

Mais un tel chantier implique aussi une refonte du contrat de travail. La mise en place d'une rédaction multimédia aura pour effet, selon le SNJ, de remettre en cause les 35 heures et de créer « une entreprise à deux vitesses », en raison d'un statut moins favorable pour les nouveaux recrutés. Le 4 décembre, le personnel a voté à l'unanimité moins une voix le « maintien des acquis professionnels et sociaux » ainsi que l'intégration des pigistes permanents. Nul doute que s'il lance son projet en France, Springer devra, lui aussi, s'accommoder de notre législation du travail.

Envoyer par mail un article

Le Parisien veut contrer Springer

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.