Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les unes de l'année

14/12/2006 - par Pages réalisées par Delphine Le Goff

L'affaire Clearstream et le contrat première embauche, Materazzi et Zidane, Ségolène et Margaret Thatcher... Les journaux et magazines n'ont pas chômé cette année. Revue de presse en sept unes.

No future : Télérama (7 avril)

Plus encore que l'affaire Clearstream, c'est le contrat première embauche (CPE) qui a fait vaciller le gouvernement. Le 16 janvier, le premier ministre Dominique de Villepin annonce la création du CPE dans le cadre de sa « bataille pour l'emploi ». Deux mois d'opposition s'ensuivront, qui verront descendre des centaines de milliers d'étudiants et de lycéens dans la rue. Télérama y consacre cette couverture sans appel. Depuis septembre, l'hebdomadaire, qui réalisait nombre de unes sur des sujets de société, a changé de formule et est revenu à des sujets culturels avec des couvertures plus épurées.

Clearstream jette un trouble: Le Point (4 mai)

Il est loin le temps où Dominique de Villepin fendait les ondes, corps athlétique et profil de médaille, lors d'une baignade à La Baule en septembre 2005. En 2006, le présidentiable boit la tasse avec l'affaire Clearstream. Le Point lui consacrera nombre de couvertures, comme « Clearstream : manipulations et coups tordus, l'affaire qui secoue le pouvoir » ou, une semaine après, « Le spectre du Watergate ». Le feuilleton Clearstream a été extrêmement médiatisé, à la limite de l'hystérie. D'une complexité rare, avec de multiples intervenants, l'affaire a rebondi en fin d'année avec l'audition du premier ministre comme témoin. Mais a-t-elle été comprise du grand public ?

L'adieu au père: Libération (30 juin)

On croirait une nécrologie. Ce n'est qu'un au revoir. Le numéro de Libération du 30 juin montre son fondateur, tout de noir vêtu, dans les locaux du « garage », le si atypique siège de Libé. Dans une lettre intitulée « Pourquoi je quitte Libération », Serge July justifie son départ, suite à un désaccord avec l'actionnaire principal du journal, Édouard de Rothschild. L'hommage court sur sept pages, où l'on rappelle l'histoire mouvementée du quotidien, fondé par July en 1973, aux côtés de Jean-Paul Sartre. Depuis, c'est une autre figure de la presse qui a pris la tête de Libé et de sa rédaction : Laurent Joffrin.

Derrière les barreaux, l'audience: Télé 7 jours (30 août)

Si 2005 fut l'année de Desperate Housewives et de Lost, 2006 a été l'année Prison Break. La série a réuni 7,4 millions de téléspectateurs lors de sa dernière diffusion, le 8 novembre sur M6. Prison Break a bénéficié d'un extraordinaire bouche-à-oreille, puisque lors de sa première diffusion, elle n'était regardée « que » par 5,8 millions de personnes. Les femmes ne sont pas insensibles au charme de Michael Scofield, le héros qui se fait incarcérer pour sauver son frère du couloir de la mort : la série réalise 35,7 % d'audience auprès des ménagères de moins de cinquante ans.

Les mots qui blessent: VSD (25 octobre)

Enfin ! Plus de trois mois après le fameux coup de boule inexpliqué de Zidane, incident qui a terni la finale du Mondial de football en Allemagne, Materazzi, le défenseur de la Squadra Azzura rompt le silence dans ce numéro de VSD. L'algarade qui a fait (un peu) descendre Saint-Zinedine de son piédestal a fait spéculer les médias jusqu'au grotesque, au lendemain de la défaite des Bleus. Depuis, la chanson Coup de boule a fait danser les vacanciers et Materazzi a sorti un livre « humoristique » (Ce que j'ai vraiment dit à Zidane), où il imagine 249 phrases qui auraient pu provoquer l'ire de notre Zizou.

Maggie-les-bons-tuyaux: The Economist (28 octobre)

John Micklethwait a succédé à Bill Emmott comme rédacteur en chef de The Economist en avril dernier. Il n'a pas failli à sa réputation de provocateur avec la couverture du 28 octobre, qui montrait Margaret Thatcher sous le titre « What France needs » (« Ce dont la France a besoin »). La une, assortie d'un dossier condescendant à souhait, a dû faire bondir L'Élysée et Matignon. Le numéro s'est en tout cas arraché dans les kiosques. « D'ordinaire, nous vendons 40 000exemplaires sur le marché français. Là, nous avons multiplié nos ventes en kiosques par sept », s'est félicité l'impertinent rédacteur en chef dans Le Figaro.

Ségo reine des tirages: L'Express (2 novembre)

Ségolène Royal en couverture, c'est l'assurance de bonnes ventes en kiosques. VSD et Closer montrent ainsi la candidate en maillot de bain et L'Express narre ses débuts dans la vie. Une « couv'» qui, comme l'explique Christophe Barbier, nouveau directeur de la rédaction de l'hebdomadaire, a permis à L'Express de passer devant Le Point en diffusion, ce qui ne s'était pas produit depuis 2005 (hors sujets « marronniers »). Marianne vient d'ailleurs de réaliser une habile une sur le sujet le 2 décembre dernier : « Ségolène et les femmes : certaines s'enthousiasment, d'autres la détestent ». Malin.

Envoyer par mail un article

Les unes de l'année

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.