Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pèlerin veut réassurer son lectorat

18/01/2007 - par Delphine Le Goff

L'hebdomadaire du groupe de presse catholique Bayard se veut davantage en prise avec les questions d'actualité.

C'est le vétéran de la presse française. Créé en 1873, l'hebdomadaire d'actualité catholique Pèlerin, qui lors de ses grandes heures tirait à 600 000 exemplaires, est aujourd'hui diffusé à 286 055 exemplaires (DFP 2005-2006), avec une audience de 1,2 million de lecteurs et un lectorat composé à 90 % d'abonnés. Cette « vieille dame » de la presse magazine entreprend de se donner un coup de jeune. « L'un des enjeux est de rééquilibrer la part de la vente au numéro », explique Arnaud Broustet, directeur du titre. À l'origine de ce Pèlerin nouvelle formule, « une demande des lecteurs », explique le directeur de la rédaction, René Poujol. Deux mille cinq cents d'entre eux ont répondu à une enquête lancée par Bayard. « Ils veulent que nous les aidions à nouer un dialogue familial sur les questions actuelles de société », souligne René Poujol. Les pages d'actualité, autrefois entrecoupées de séquences religieuses, ont été musclées, et la rubrique religion est plus clairement délimitée dans le journal. Le ton du titre se veut plus engagé. « L'éditorialisation du journal va monter en régime, même si nous ne sommes ni un journal militant ni un journal de patronage. »

La maquette a également été repensée dans l'objectif d'une montée en gamme. « Nous souhaitons que la petite musique de Pèlerin se fasse aussi entendre des annonceurs », explique Arnaud Broustet. « Dans une certaine mesure, nous sommes un peu comme Marianne ! Notre pagination publicitaire, de huit pages par numéro, est en retrait par rapport à nos objectifs. Dix pages seraient plus proches de la réalité. » C'est à la très branchée agence Marcel (Publicis) que Pèlerin a confié sa campagne de communication, signée « Le monde est beau quand on sait le regarder ». « Nous voulons avant tout réassurer notre lectorat », affirme Arnaud Broustet. « Et si nous pouvions atteindre une diffusion à 300 000 exemplaires, nous serions très satisfaits. »

Envoyer par mail un article

Pèlerin veut réassurer son lectorat

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.