Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tremplin pour le payant ?

15/02/2007 - par Muriel Signouret

Et si un gratuit de qualité donnait envie aux jeunes de lire la presse payante ? C'est l'espoir du Monde, qui détient 30 % de Matin Plus, le nouveau quotidien gratuit de Vincent Bolloré.

C'était devenu l'Arlésienne. La sortie de Matin Plus aurait-elle bien lieu le 6 février ? La veille encore, les groupes Bolloré et Le Monde refusaient de confirmer cette date chère à Vincent Bolloré car elle lui rappelle le 6 juin : c'est un 6 juin que son premier quotidien gratuit, Direct Soir, a été lancé (en 2006) et, et un 6 juin aussi que deux de ses oncles débarquèrent en Normandie (en 1944). Superstition ? Peut-être, tant le lancement du dernier-né des quotidiens gratuits a connu des aléas. « Après avoir retardé à deux reprises la parution de Matin Plus, alors même que nous avions déjà vendu nos pages de publicité, nous souhaitions faire profil bas, raconte Gaël Blanchard, président de la régie publicitaire Bolloré Intermédia. Du coup, il a d'abord été décidé de lancer le journal, puis, dans un deuxième temps, de le présenter à la presse. »

En cet après-midi du 6 février, donc, les artisans du troisième gratuit francilien, après Metro et 20 Minutes, ne cachent pas leur soulagement devant les journalistes réunis Chez Laurent, un lieu feutré du viiie arrondissement de Paris. Les 350 000 exemplaires de Matin Plus, accompagnés de petits gâteaux bretons, se sont écoulés « avant 8 h 45 », se réjouit Vincent Bolloré qui, enthousiaste, évoque déjà le lancement d'autres gratuits intégrés au réseau Ville Plus, dont Bretagne Plus, qui devrait voir le jour au printemps à Quimper. On n'est pas breton pour rien ! Côté publicitaire, Matin Plus n'a pas à rougir avec des annonceurs comme Air France, Citroën, Samsung ou encore Calvin Klein.

À la une de ce premier numéro : « Jacques Chirac à l'heure des choix », un papier signé par une journaliste du Monde. Rien d'étonnant à cela, puisque le quotidien est appelé, tout comme Courrier international, à contribuer chaque jour à Matin Plus, qui comprend une équipe distincte de quinze rédacteurs, sans compter les 80 journalistes de Direct Soir et Direct 8. Coïncidence ou préméditation, Le Monde choisissait lui aussi, dans son édition datée du 7 février, de mettre en avant le président de la République. Plus troublant, c'est la même journaliste qui a écrit l'article intitulé « Chirac prépare sa fin de mandat »... « Il n'y a pas eu de concertation, affirme Jean-Marie Colombani, président du groupe Le Monde. Dans tout quotidien, c'est la logique de l'info qui prime. Matin Plus et Le Monde ont suivi la même. » Pascal Galinier, le rédacteur en chef de Matin Plus chargé d'assurer la coordination avec les équipes du Monde, y est sans doute pour quelque chose. « Je navigue entre les deux rédactions. Mon rôle consiste à inviter les journalistes du Monde à contribuer au gratuit. L'idée n'est pas de doublonner le journal du soir, mais de donner un "éclairage Le Monde" à Matin Plus », explique l'ancien chef du service médias du Monde.

Du temps et de l'argent

En s'exposant dans les pages d'un quotidien destiné aux jeunes actifs urbains, cible privilégiée des gratuits - et choyée par les publicitaires -, Jean-Marie Colombani espère aussi « donner envie aux lecteurs de Matin Plus d'aller vers les kiosques et acheter Le Monde ». Pour lui, Matin Plus, dont son groupe détient 30 %, « est une invitation à la lecture » du payant. Et au cas où les ventes du Monde ne redécolleraient pas grâce au gratuit, Le Monde aura toujours la possibilité de monter à tout moment au capital de Matin Plus. Une affaire qui pourrait s'avérer fructueuse si, comme le prévoit le business plan, le quotidien gratuit atteint l'équilibre d'ici à 2013. D'autant que Vincent Bolloré n'a jamais caché qu'il avait du temps... et de l'argent. Il se dit capable d'assumer au moins 52 millions d'euros de pertes cumulées sur six ans.

Envoyer par mail un article

Tremplin pour le payant ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.