Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La vente de la Socpresse en Rhône-Alpes remise en cause

22/02/2007 - par Muriel Signouret

Fort de la décision du Conseil d'État d'annuler l'autorisation du rachat de son pôle rhônalpin par L'Est républicain et le Crédit mutuel, Groupe Hersant Média entend faire valoir ses droits.

Le Crédit mutuel en fait-il trop ? C'est la conclusion à laquelle semble être arrivé le Conseil d'État qui a annulé, le 31 janvier, la décision du ministère de l'Économie prise en mai 2006 d'autoriser le rachat du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse (Le Progrès, Le Dauphiné libéré, etc.) par le holding Est Bourgogne Rhône-Alpes (Ebra). Car l'affaire, qui devait ­conduire le nouveau groupe à devenir le premier éditeur de presse régionale français, a été financée par le Crédit mutuel, actionnaire à 49 % d'Ebra, la majorité étant aux mains du groupe L'Est républicain. Or, selon le Conseil d'État, la banque a déboursé 189 millions d'euros « sans garanties, ni sûretés, ni ­contreparties apparentes [ce qui] conforte son pouvoir d'influence sur les décisions stratégiques d'Ebra ». Elle a aussi obtenu un droit de veto sur la nomination des cinq membres du conseil d'administration. Bref, une prise de contrôle non relevée par Bercy (chargé d'examiner les éventuelles atteintes à la concurrence) il y a un an, en dépit des mises en garde des syndicats. Aujourd'hui, le SNJ-CGT demande un « moratoire », la constitution d'une commission d'enquête parlementaire « pour faire toute la lumière » sur le dossier ainsi que « l'adoption de lois anticoncentration ».

Modification des statuts

Si la décision du Conseil d'État ne remet pas nécessairement en cause ce rachat, Bercy doit revoir sa copie. Une petite victoire pour Groupe Hersant Média (GHM), actionnaire à 28 % du groupe L'Est républicain, à l'origine de la saisine du Conseil d'État. « Les deux conditions posées par le Crédit mutuel pour financer cette opération de concentration, à savoir que le groupe lorrain apporte tous ses actifs au sein de cette nouvelle société et que la famille Lignac [propriétaire de L'Est républicain] lui cède le droit de préemption que nous détenions, va à l'encontre du pacte passé en 1997 entre L'Est républicain et la famille Hersant », explique Frédéric Aurand, président du directoire de GHM, qui prédit « une longue bataille judiciaire ». De son côté, L'Est républicain reste serein : « Nous allons rectifier les statuts d'Ebra avant de déposer un nouveau dossier devant le Conseil de la concurrence », explique-t-on. Verdict début avril.

Envoyer par mail un article

La vente de la Socpresse en Rhône-Alpes remise en cause

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.