Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'Asahi Shimbun, ce géant de papier qui défie le numérique

29/03/2007 - par Aymeric Mantoux, à Tokyo

Au Japon, royaume des nouvelles technologies, le quotidien de référence semble avoir trouvé la formule pour que celles-ci ne constitue pas une menace.

Un immeuble massif de brique et de verre, à deux pas du célèbre marché aux poissons de Tsukiji et à quelques encablures du plus ancien théâtre de Tokyo, Kabuki-za. Sur la façade, huit idéogrammes, et leur traduction : The Asahi Shimbun Company. En face, de l'autre côté du parc Hamarikyu, se dresse le siège ultramoderne de Dentsu (architecte Jean Nouvel), la première agence de publicité nippone. C'est ici, à la frontière entre les quartiers de Ginza et de Shimbashi, en plein coeur de Tokyo, que de nombreuses institutions des médias japonais ont élu domicile. Le « district de la presse » se visite d'ailleurs comme n'importe quelle autre curiosité de la ville. L'Asahi Shimbun n'échappe pas à la règle : les expositions que le grand quotidien organise au rez-de-chaussée de son siège sont parmi les plus visitées du Japon. Ce journal est quasiment un trésor national vivant, au même titre que les sumotori. D'emblée, les portes de l'ascenseur en aluminium brossé affichent la couleur : « Regardez, s'amuse notre guide, ils ont gravé les titres des plus grands journaux du monde, parmi lesquels le Herald Tribune ou Le Monde, et, bien sûr, l'Asahi Shimbun ! »

Le Monde ? À la différence de l'Europe, la crise de la presse, on ne connaît pas, au Japon. Fort de ses deux éditions (matinale et vespérale), le quotidien créé en 1879 dépasse 12 millions d'exemplaires de diffusion, ce qui en fait le deuxième titre le plus lu dans le monde, derrière un autre quotidien japonais, le Yomiuri Shimbun. Mais l'Asahi Shimbun est loin de se limiter au journal quotidien. Avec le temps, il est devenu un conglomérat où se côtoient des hebdomadaires, des mensuels, des maisons d'édition et plus de vingt chaînes de télévision.

Contenu à haute valeur ajoutée

La clé de la réussite de ce groupe réside dans sa capacité à toujours innover et rebondir, sans accuser le coup face au numérique. « Loin de nous affaiblir, les nouvelles technologies nous ont renforcés, note Tadashi Matsumoto, directeur du pôle Publicité et affaires publiques. Nous comptons plus de 900 000 abonnés à notre service mobile d'informations, lancé en 1999, qui compte aujourd'hui plus de dix déclinaisons différentes. » L'Asahi Shimbun a été précurseur en lançant son site Internet (asahi.com) dès 1995. « Nous l'avons fait pour élargir notre audience, notamment auprès des plus jeunes. Ce qui nous a motivés, c'est d'utiliser ce nouveau canal pour y diffuser notre contenu à haute valeur ajoutée », poursuit Tadashi Matsumoto. Dix ans après, c'est un énorme succès, dans un pays où l'abonnement à vie à un quotidien, qui était jusqu'ici la norme, est de moins en moins une réalité.

Face aux nouvelles technologies dont les Japonais sont tant férus, l'Asahi Shimbun a judicieusement misé sur la complémentarité : à la version en ligne, la rapidité et la brièveté, qui permettent notamment de s'adresser aux jeunes et aux citadins, et proposent un accès aux archives ; à la version sur papier, l'analyse, le débat et les opinions. Son site compte quelque 200 millions de pages vues et 8,3 millions de visiteurs uniques chaque mois. Mais ce sont surtout les portails payants consacrés aux mobiles (l'équivalent de 1 euro par mois) ou les abonnements mixtes (papier et Web) qui font un tabac. Environ 1,1 million de Japonais sont membres du « club Asahi », qui réserve à ses membres des avantages comme des avant-premières d'expositions et des informations exclusives. « C'est un outil formidable pour fidéliser les lecteurs », explique son responsable. Un autre site, dédié aux loisirs et à la détente, vise, lui, les 40 à 60 ans. Il propose des informations pratiques et des renseignements qui ne sont pas habituellement traités dans le quotidien. L'organisation a été repensée : Web, télévision, presse, etc., les journalistes sont devenus multimédias et les synergies ont été développées. « Mais, malgré tout, l'élément le plus important du groupe reste notre quotidien, qui compte pour 85 % de notre chiffre d'affaires. Notre politique de maintenir le papier comme pilier de la maison demeure inchangée », confirme l'un des dirigeants du groupe.

Grande confiance des lecteurs

L'Asahi Shimbun, ce géant de papier, fait donc mieux que résister contre vents et marées. Mais sans conservatisme, même si les salariés portent cravate et costume. « L'informatique est entrée ici en 1980. Nous avons été les premiers à réaliser la mise en page sur ordinateur et à informatiser l'imprimerie », remarque Tadashi Matsumoto. Comme si ce groupe médias puisait ses forces, à l'instar de ces personnages de mangas japonais, dans l'adversité et les menaces potentielles. Mais sa légitimité, il la tient aussi de son histoire, puisque son journal est toujours considéré comme le plus crédible du pays dans les enquêtes de lecteurs les plus récentes. Le « credo » du quotidien, adopté en 1952 après la faillite du système impérial, n'y est pas pour rien. « C'est la pierre angulaire de notre édifice, c'est pour ça que les gens font confiance à nos informations, explique Tadashi Matsumoto. Impartialité, démocratie, liberté et paix sont les valeurs que nous défendons, de même que la justice, l'humanisme et la vérité. » Une position qui a gagné la confiance des lecteurs japonais depuis cinquante-cinq ans. Et qui fait que, malgré l'essor d'Internet et des mobiles communicants, le taux d'abonnement à l'Asahi Shimbun semble inébranlable. « Ce qui déstabilise les groupes de presse à l'étranger ne peut pas nous arriver, assure un membre de la direction du journal. Ici, lire l'Asahi Shimbun fait partie de la vie quotidienne, comme se lever ou boire du thé... »

www.asahi.com/english

Envoyer par mail un article

L'Asahi Shimbun, ce géant de papier qui défie le numérique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.