Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Comment les correspondants étrangers jugent les journalistes français

05/04/2007 - par Muriel Signouret

Cinq journalistes étrangers en poste à Paris analysent le traitement de la campagne présidentielle par leurs confrères français à l'aune de leurs propres coutumes.

Souvent taxés de connivence avec la classe politique, les journalistes chargés de suivre la campagne électorale suscitent la méfiance des citoyens, qui s'emparent désormais du micro et s'expriment sur des blogs au vitriol. Parfois sévères avec leurs confrères français, les correspondants étrangers basés en France ne sont toutefois pas dupes : dans leur pays aussi, ils doivent manoeuvrer entre les pressions des candidats et les discours élaborés par les communicants. Pour ce faire, chacun a ses méthodes et... ses règles déontologiques.

Alessandro Grandesso (Corriere Della Sera)

« La campagne qui a opposé il y a un an Silvio Berlusconi à Romano Prodi était beaucoup plus féroce qu'en France, se souvient ce journaliste installé à Paris depuis dix ans. La plupart des médias alimentaient cette confrontation, d'abord parce que leur positionnement politique est beaucoup plus tranché, mais aussi parce qu'ils recherchent l'élément dramatique. » Un penchant que les journalistes français n'auraient pas, selon lui. « En France, quand on a deux ou trois pages pour traiter de politique, on est forcément contraint de survoler le débat. Les journaux italiens nous laissent de la place, au sens propre du terme, pour la polémique », poursuit-il. Au risque de verser dans la politique politicienne...

Bruce Crumley (Time)

Bruce Crumley en est à sa troisième élection présidentielle française. Même s'il estime que ses confrères français n'ont pas vraiment tiré les leçons de leurs erreurs passées, en continuant notamment à couvrir la campagne au gré des innombrables sondages, il se garde bien de leur donner des leçons de journalisme. « Depuis le 11 septembre 2001 et la guerre en Irak, la réputation du journalisme politique américain en a pris un coup. Aujourd'hui, le journalisme anglo-saxon est davantage incarné par les Britanniques », juge-t-il. La faute à Bush ? « L'accès aux décideurs est plus limité qu'avant, à moins de copiner. Un piège dans lequel tombent de plus en plus de journalistes », analyse-t-il. Pour lui, cette campagne s'est également américanisée, voire « star-académisée ». « Le revers de la médaille, c'est que son niveau intellectuel a baissé », conclut le correspondant de Time.

Stephan Merseburger (2DF)

Outre-Rhin, la proximité, qui peut parfois devenir connivence, existe aussi entre reporters et hommes politiques. « Mais quand on est un PPDA, il en va de la crédibilité du média pour lequel on travaille de continuer à faire des interviews critiques », souligne Stephan Merseburger. Et c'est là que le bât blesse : « cette campagne n'a pas encore montré de vraies interviews politiques », insiste le correspondant. La faute au journalisme citoyen, à cause duquel le journaliste en est aujourd'hui réduit à passer le micro aux téléspectateurs venus poser leurs questions ? « L'émission diffusée sur TF1, J'ai une question à vous poser, est difficile à digérer pour un journaliste politique. Mais son taux d'audience laisse rêveur et l'Allemagne ne manquera sans doute pas de copier le concept », admet-il.

Ayache Derradji ( Al-Jazira)

Originaire d'Algérie et arrivé en France il y a quatorze ans, Ayache Derradji explique avoir fui professionnellement son pays pour éviter « le journalisme lèche-bottes ». « Parce que nous faisons partie d'une zone où nos présidents remportent les élections avec 99 % des voix, il est toujours intéressant pour nous de montrer à nos téléspectateurs ce qu'est un pacte électoral respectueux du peuple », souligne-t-il. Ce n'est pas pour autant que le correspondant a une vision naïve du journalisme politique à la française. « La campagne de cette année manque de profondeur. Les journalistes ne s'imposent pas dans le débat, se laissant dicter leurs articles par les directeurs de communication des candidats », observe-t-il, notant également « une personnalisation des rapports entre journalistes politiques et candidats plus importante qu'en 2002 ».

Wataru Sawamura ( The Asahi Shimbun)

La montée en puissance d'Internet a éveillé chez les Japonais une certaine méfiance à l'égard des médias traditionnels. « Nous avons répondu à l'exigence de transparence de nos lecteurs en nous imposant des règles strictes. Ainsi, lors d'un dîner de presse, nous payons toujours notre part. Nous refusons aussi les voyages de presse », explique le journaliste, basé à Paris depuis 2004. Pour lui, les journalistes français laissent la distance avec leur lectorat se creuser : « Les journalistes semblent préférer appartenir au microcosme, à l'élite intellectuelle et politique. »

Envoyer par mail un article

Comment les correspondants étrangers jugent les journalistes français

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.