Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pour Libération, il est temps de vivre en communauté

10/05/2007 - par David MEDIONI

Sous l'impulsion de Max Armanet, le titre cherche à fédérer ses lecteurs. Il envisage même de créer une université d'été.

Nouvelle direction, nouvelles rubriques, hausse des ventes depuis le début 2007, Libération se remet en mouvement. Jeudi 26 avril, le quotidien a franchi un pas supplémentaire dans sa rénovation en accueillant Max Armanet au poste de directeur du développement. L'homme connaît la maison, puisqu'il y a été journaliste entre 1981 et 1990. Plus généralement, il connaît la presse : il a été rédacteur en chef au Nouvel Observateur et directeur de La Vie, hebdomadaire qu'il a rénové et relancé entre 2000 et 2006. Sa mission à Libération ? Développer les convergences entre les différents supports (Web et papier) et créer une « communauté Libé » en associant les lecteurs du quotidien (801 000 en tout, majoritairement urbains et plutôt masculins) à la vie du journal. Une démarche qui a été celle, notamment, de l'hebdomadaire Marianne au travers de « clubs de lecteurs ».

Comités régionaux

« J'aimerais instaurer une véritable ­relation physique avec nos lecteurs, explique Max Armanet. Les mettre au centre du journal et être leur interlocuteur. » Loin de toute arrogance... « Libération a trop souvent été désinvolte et méprisant envers ses lecteurs », convient-il, avant d'ajouter : « J'aimerais par exemple que chaque réunion de la société des lecteurs qui vient d'être mise en place soit suivie d'une réunion de travail avec Laurent Joffrin [le PDG-directeur de la rédaction]. »

Le nouveau directeur du développement du quotidien veut également « travailler avec toute l'équipe du journal » pour faire comprendre sa démarche et rendre « systématique ce rapport nouveau au lecteur ». Les évolutions rédactionnelles de Libération commencent à incarner cette démarche, avec un « contre-journal » alimenté par les lecteurs. Max Armanet fourmille d'idées et rêve par exemple d'une université d'été de Libé qui se tiendrait en même temps que les universités d'été politiques et serait un lieu central du débat public, animé par les journalistes et les lecteurs du quotidien. Il souhaite également proposer la création de comités régionaux et de hors-séries.

Envoyer par mail un article

Pour Libération, il est temps de vivre en communauté

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.