Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Heroes, superhéros du piratage

14/06/2007 - par Bruno Fraioli

La série estivale de TF1 est précédée d'une forte notoriété due à un téléchargement pirate record. Au risque d'amoindrir son audience sur la Une...

Cela commence à faire beaucoup. » Laurent Storch, directeur des acquisitions de TF1, s'inquiète. Sa série phare de l'été, ­Heroes, programmée à partir du 30 juin sur la Une, est l'un des programmes les plus téléchargés sur les réseaux pirates d'échanges. Chaque semaine, 27 millions d'épisodes seraient enregistrés par les internautes, dont 300 000 en France. « Il existe une énorme empathie entre le public visé, les jeunes hommes 15-34ans, très portés sur les nouvelles technologies, et le concept de la série, qui met en scène des superhéros, explique le dirigeant de TF1. Et, surtout, la série est de très bonne qualité. Pour autant, le piratage n'a jamais été acceptable. » Et pour cause. Avant sa diffusion, la série aura déjà été vue par plusieurs centaines de milliers de personnes. Ce qui n'est pas sans conséquences : « Toute évasion de notre audience ne nous réjouit pas, poursuit Laurent Storch. Toutefois, je n'ai pas vraiment peur, car les téléspectateurs ont confiance dans la marque TF1 et dans les programmes qu'elle met à ­l'antenne. »

Trouver des alternatives

Au sein des autres chaînes, le phénomène est également regardé de près. « C'est un problème émergent, il faut voir l'ampleur qu'il va prendre », confie Tania Khali, directrice des acquisitions de France Télévisions. Le groupe public estime que ses séries, telles FBI Portés disparus ou Cold Case, sont moins touchées. Mais ce n'est pas le cas de M6, dont les séries phares Prison Break et Desperate Housewives sont très prisées des internautes. La Six indique seulement que, « selon les études, les internautes ayant téléchargé la version originale d'une série sont aussi intéressés par l'idée de la revoir en version française ». Pourtant, le piratage est synonyme de perte d'exclusivité pour les chaînes, toujours à la recherche de programmes inédits. « À nous de trouver des réponses, comme la mise en place d'une offre légale et complémentaire », affirme Laurent Storch, confronté au délai de mise à l'antenne des séries américaines : au mieux une année après la diffusion aux États-Unis. La raison ? Le doublage.

Le piratage gêne également les éditeurs vidéo. « L'incidence sur nos ventes est difficile à chiffrer, mais il s'agit évidemment d'un manque à gagner, explique Éric Legay, directeur marketing d'Universal Picture Video. Le DVD de Heroes bénéficiera de bonus, de scènes coupées et, sans doute, d'une édition en haute définition. Mais les gens achètent d'abord une histoire, et une partie du public se satisfera de fichiers vidéo téléchargés. »

Et la peur du gendarme ? Fin mai, l'animateur du site Internet www.series-vo.com, qui proposait des solutions de sous-­titrage pour les vidéos de séries téléchargées en version originale, a été entendu deux heures par la police, à Poitiers. Il a, depuis, mis la clé sous la porte. Le début d'une série ?

Envoyer par mail un article

Heroes, superhéros du piratage

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.