Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Libé gagne des lecteurs, pas des annonceurs

14/06/2007 - par David MEDIONI

Le quotidien va mieux, prépare une nouvelle formule et voit ses ventes augmenter. Mais peine à séduire les annonceurs.

Des ventes en hausse de 9 %. Telle est la performance accomplie par Libération depuis le début de l'année. De quoi satisfaire le PDG et directeur de la rédaction, Laurent Joffrin : « L'amélioration n'est pas seulement due à la présidentielle, elle vient aussi de notre travail collectif et de nos coups médiatiques comme le numéro spécial avec Charlie hebdo. La preuve ? Depuis dix jours, la campagne est moins intense et les ventes restent bonnes. » En effet, Libé a vu sa diffusion moyenne passer de 130 000exemplaires en mai 2006 à 152 000 en mai 2007. Fort de ces bons chiffres, le journal veut poursuivre son redressement. « Une nouvelle formule verra le jour fin septembre avec un nouveau chemin de fer, une nouvelle maquette et de nouvelles rubriques », annonce Laurent Joffrin.

Régie remaniée

En outre, Libération travaille à une refonte de son site Web et sortira, le 16 juin, un supplément mensuel consacré aux tendances, baptisé Next Voilà. Le journal prend aussi part à la rénovation de la gauche en créant, sous la houlette de Max Armanet, directeur du développement, un Forum de Libération prévu pour les 13,14 et 15 septembre.

Mais les annonceurs restent timides. Selon TNS Media Intelligence, Libération a perdu 37 % de pages de publicité en mars 2007 par rapport à la même période de 2006, et 27 % en avril. Les raisons ? Un marché publicitaire incertain (- 1 % en volume sur avril, mais + 5 % depuis janvier), mais aussi la réorganisation de la régie, Espaces Libération. Du coup, Libé accusera « une perte d'exploitation de 2,5 millions d'euros fin 2007 », reconnaît le directeur général, Denis Pierrard, avant d'annoncer des bénéfices pour 2008.

Ce manque à gagner n'est pas neutre. Placé pour huit mois sous le régime de la sauvegarde en octobre 2006, Libé doit démontrer sa capacité à dégager de l'autofinancement. Aujourd'hui, le quotidien n'exclut pas de demander au tribunal une prorogation au-delà de la fin juin. Quitte à accentuer les inquiétudes des annonceurs.

Envoyer par mail un article

Libé gagne des lecteurs, pas des annonceurs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.