Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Canalsat défié par les fournisseurs d'accès

30/08/2007 - par A. de R.

Avec ses 5,1 millions d'abonnés, la nouvelle offre du groupe Canal + est en position de monopole sur le satellite, mais souffre de plus en plus de la concurrence des opérateurs télécoms.

Bertrand Meheut, PDG du groupe Canal +, ne cachait pas une certaine nervosité le 23 août, lors de la présentation du « nouveau Canalsat », issu de la fusion avec TPS. Alors que le groupe s'est engagé à réaliser 250 millions d'euros d'économies face à un coût de grille de 1,3 milliard d'euros, il lui faut de plus en plus affronter le rouleau compresseur des fournisseurs d'accès à Internet et de leurs offres triple play (téléphone, ­Internet, télévision). « Il y a 1 million de nouveaux abonnés ADSL par trimestre, rappelle-t-il. Et sur un total de 13 millions de ces souscripteurs au haut débit, 7 peuvent déjà regarder la télévision. »

Une concurrence d'autant plus vive pour la télévision payante que ces fournisseurs d'accès viennent de signer la reprise des chaînes de Canalsat qui leur manquaient (Sport + et les chaînes cinéma et enfants de TPS), et qu'ils tendent à enrichir leurs packages avec de la musique gratuite sans toucher au prix de leurs offres d'abonnement (lire en page 16).

La Ligue 1 trop chère

Résultat : le groupe entre dans une phase délicate où il doit négocier le nouvel appel d'offres sur la Ligue 1 de football pour 2008-2011 et convaincre de la suprématie qualitative de Canalsat avec 4 nouvelles chaînes (Baby First pour les moins de 3 ans, Vista pour les plus de 45 ans, Disney Ciné Movie et Planète Justice). Pas question, donc, de refaire un chèque de 600 millions d'euros par an : « Nous n'y sommes pas prêts, il va falloir trouver le bon équilibre », avertit Bertrand Meheut. Pour lui, cette somme, déboursée pour les droits 2005-2007, correspondait à un « prix stratégique » destiné sans doute à ébranler TPS et à satisfaire des abonnés encore polarisés sur le football et le cinéma. Mais désormais, Canal + Le Bouquet s'estime « moins sensible », grâce à une offre diversifiée (sport, cinéma, fiction, documentaire, information et divertissement). Son patron affirme donc qu'il n'a pas besoin de la Ligue 1 « dans son entièreté et son intégralité ». À ceci près : « Plus c'est découpé, moins on peut vendre le feuilleton. » Entendez : la valeur des lots augmente si elle va à un seul et même acteur.

En attendant, le groupe fait le ménage dans ses chaînes en revoyant fortement à la baisse les 10 millions d'euros de rémunération de Voyage. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'est opposé à une régression de 85 % de sa redevance. Mais le patron de Canal +, qui en fait une affaire de liberté commerciale, est prêt à aller au contentieux. Pour le reste, il souhaite cesser la diffusion de Fox Life et faire évoluer les positionnements de certaines chaînes comme Jimmy, susceptible de doublonner avec Série Club. Par ailleurs, un nouveau décodeur qui permettra de regarder les programmes à la demande et d'enregistrer en haute définition est attendu pour octobre.

Envoyer par mail un article

Canalsat défié par les fournisseurs d'accès

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.