Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

« Avec Vélib, nous visons 60 millions de recettes publicitaires par an »

30/08/2007 - par Entretien : Delphine Le Goff

Albert Asseraf, directeur de la stratégie du groupe JCDecaux, détaille les premiers résultats de l'opération Vélib à Paris.

Quels sont les premiers résultats des Vélib, lancés le 15 juillet, à Paris ?

Albert Asseraf. Le dispositif a atteint 2,5 millions de locations. Les Vélib ont enregistré un record le samedi 25 août, avec un pic d'exactement 100 393 locations. Actuellement, nous en sommes à 83 % de locations courtes durées pour 17 % d'abonnement annuels. Mais, au moment où les Franciliens rentrent de vacances, on devrait se rapprocher d'une utilisation traditionnelle, observée à Lyon avec les Vélov. Pour l'heure, nous dénombrons quelque 60 000 abonnés à l'année. Notre objectif est d'atteindre 200 000 abonnés en juillet 2008.

Les petits couacs de départ, telles les erreurs de facturation, sont-ils réglés ?

A.A. Certains points d'attente n'enregistraient pas les retours de vélos, ce qui entraînait des facturations inappropriées. Ce problème, qui concernait 5 % du parc total, a été résolu et tous les usagers remboursés. Le système fonctionne bien. Nous avons d'ailleurs reçu, le 24 août, une délégation envoyée par la mairie de Londres, ainsi que la visite, durant l'été, d'un sénateur texan. En France, nous avons remporté l'installation de vélos en libre-service pour Marseille, Besançon, Aix-en-Provence et Mulhouse. Nous attendons les résultats de l'appel d'offres de Nantes. En Europe, nous avons installé des vélos à Séville, en Espagne, en juillet.

Quel est le modèle économique du Vélib ?

A.A. C'est un modèle assez traditionnel : les espaces publicitaires exploités sur les panneaux 2 et 8 m2 vont financer l'investissement sur dix ans. Ce dernier se monte à 85-90 millions d'euros pour le mobilier, les stations, les vélos, etc. Notre objectif est de réaliser 60 millions d'euros de recettes publicitaires annuelles sur le mobilier urbain en année pleine. En plus de celles-ci, nous sommes intéressés à la qualité de la prestation offerte, en fonction d'indicateurs de propreté des stations, de qualité de la régulation, etc. Les recettes des abonnements reviennent, elles, directement à la ville.

Envoyer par mail un article

« Avec Vélib, nous visons 60 millions de recettes publicitaires par an »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.