Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Bras de fer pour les chaînes locales

06/11/1998

Le CSA va lancer six appels à candidatures pour des chaînes locales. Mais l'instance le fait contre son gré. Une belle bataille en perspective.

Les candidats à la création de chaînes locales n'en peuvent plus. Voilà des mois, voire des années pour certains, qu'ils demandent au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de lancer des appels à candidatures pour leurs projets.«En sept ans, vingt-deux candidats se sont déclarés et le CSA a toujours fait traîner», résume l'un d'entre eux, reconnaissant toutefois que des autorisations temporaires ont été délivrées. Le jeune Syndicat national des télévisions locales et de proximité (SNTP), qui regroupe huit chaînes-TLM, TLT et AquiTV en étant déjà sorties-, devait organiser une conférence de presse le 5novembre pour dénoncer cette situation.«Nous voulons nous battre contre la mauvaise foi du CSA», affirme Jean-Pierre Wagner, le président du syndicat et directeur général de TLI, le projet de chaîne sur Clermont-Ferrand.

Un amendement en vue

Dans les faits, pourtant, le CSA lancera, le 21novembre, un appel à candidatures pour la création de six chaînes locales. Sont concernées Bordeaux, Tours, Clermont-Ferrand, Cherbourg, Lusson et les Sables-d'Olonne. Mais l'instance s'implique dans cette opération contrainte et forcée. Elle doit en effet appliquer un arrêt du Conseil d'État du 29juillet dernier, stipulant qu'un appel à candidatures pour une chaîne locale doit être lancé dès qu'une fréquence existe et qu'un candidat se fait connaître. Au CSA, les Sages s'interrogent sur l'opportunité d'attribuer pour quinze ou vingt ans une fréquence qui pourrait se révéler indispensable au numérique hertzien, présenté comme la technologie de demain. Car le principe en vigueur reste toujours celui de la loi Carignon: une autorisation dans l'audiovisuel est automatiquement renouvelable pour dix ans, sauf manquement grave aux obligations. Ainsi, si une chaîne se voit autorisée en janvier pour cinq ans, elle pourra émettre au moins jusqu'en 2014. La décision mérite donc réflexion. Le CSA doit d'ailleurs lancer une étude technique sur la compatibilité des canaux avec la technologie numérique. En attendant, les projets de chaînes locales se multiplient. La presse quotidienne régionale, craignant de voir la publicité pour la distribution acceptée sur ces chaînes, n'est pas en reste. Pour calmer le jeu, le gouvernement aurait déjà prévu un amendement destiné à geler les fréquences. Ce texte pourrait être discuté dans le cadre du futur projet de loi sur l'audiovisuel.

Envoyer par mail un article

Bras de fer pour les chaînes locales

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.