Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le foot français devra redécouper son offre

01/11/2007 - par Bruno Fraioli

Il faudra que la Ligue de football professionnel se montre créative pour son prochain appel d'offres concernant les droits de la Ligue 1. Sous peine de voir Canal+ en position de force.

Officiellement, le coup d'envoi ne sera donné que courant novembre mais, dans les faits, la partie est déjà commencée. L'appel d'offres que prépare la Ligue de football professionnel (LFP) pour les droits de la Ligue 1, qui devrait passer de trois à quatre ans, donne lieu depuis plusieurs semaines à des engagements épiques entre les dirigeants du football français et ceux de Canal+. Les premiers ne veulent pas entendre parler d'une baisse de leurs revenus. Les seconds souhaitent, justement, réduire la facture, qui s'élevait jusqu'à présent à 600 millions d'euros annuels.

Peu de postulants

Trop cher pour Canal+, engagée dans une politique de réduction des coûts et qui aligne les arguments : baisse d'un tiers de l'audience du football en un an, attractivité plus faible du football pour les nouveaux abonnés, etc. Ce discours, les présidents de clubs, très inquiets de voir fondre une partie substantielle de leurs revenus, ne veulent pas l'entendre. « Le football français vaut 750 millions d'euros », clame même Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais. « Canal+ sans le foot, c'est Canal- », avertit Pape Diouf, son homologue de l'Olympique de Marseille.

Chacun a conscience que le jeu n'est plus le même qu'il y a trois ans, lors du dernier appel d'offres. Canal+ n'avait alors pas encore absorbé TPS. Aujourd'hui, le groupe apparaît comme le seul et unique opérateur capable d'investir quelques centaines de millions d'euros dans ces droits. Même France Télécom, qui a fait figure d'épouvantail, se dégonfle. « Nous risquons de perdre nos droits pour le mobile, car ils sont de plus en plus associés aux droits audiovisuels globaux », craint Samantha Woods, directrice des contenus sports chez l'opérateur. De son côté, Olivier Gérolami, directeur général de Numericable, qui détient les droits de la Ligue 2, a indiqué le 24 octobre au cours d'un colloque de NPA que le foot n'était « pas l'élément prioritaire » de sa stratégie.

Pour Pierre Dréossi, manager du Stade rennais, « le redécoupage des lots est la solution, et il faudra être créatif ». Par exemple en construisant des offres susceptibles d'intéresser des diffuseurs hertziens, avec un match phare par semaine. Un travail actuellement réalisé par la LFP et son conseil juridique, Clifford Chance. TF1, France Télévisions et M6 ont promis qu'elles étudieraient le dossier. Mais auront-elles les moyens de s'en offrir un morceau ? En décembre 2004, pour acquérir les droits du meilleur match de chaque journée de championnat, Canal+ avait déboursé 220 millions d'euros.

Envoyer par mail un article

Le foot français devra redécouper son offre

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.