Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les chaînes locales s'en remettent à TF1

08/11/2007 - par Bruno Fraioli

Les télévisions locales ont formé un groupement d'intérêt économique et confié une partie de leur sort à la régie publicitaire de la Une. Objectif : 10 millions d'euros de chiffre d'affaires dans trois ans.

Àl'image des radios, les télévisions locales disposent aussi de leur Groupement d'intérêt économique (GIE) à vocation publicitaire. Mercredi 24 octobre, une trentaine d'entre elles ont constitué le GIE Télévisions locales-Publicités (lire l'encadré). Dans le même temps, la commercialisation de cette offre a été confiée, pour trois ans à compter du 1er janvier prochain, à TF1 Publicité. L'objectif de cette structure est identique à celui du GIE Les Indépendants en radio : commercialiser une proposition nationale commune de l'espace publicitaire de ces télévisions.

Pas de minimum garanti

Cette offre était jusqu'à présent vendue par TLR, une société détenue par Publiprint (56 %), Interdeco (40 %), La Montagne et Sud Ouest (4 % à eux deux). « L'activité n'était pas rentable et nous avions du mal à nous imposer sur le marché de la télévision », confie Pierre Conte, président de Publiprint. « La fin de plusieurs contrats de régie de chaînes locales était l'occasion de repenser la relation avec le régisseur », explique de son côté Gilles Crémillieux, le président du nouveau GIE qui réunit à parts égales 16 membres (15 chaînes fondatrices et le GIE Grand Ouest) et accueille trois adhérents.

Le divorce avec Interdeco et ­Publiprint a été résolu à l'amiable et des contacts ont été pris avec les principales régies audiovisuelles, dont TF1 Publicité, finalement choisie.

« Cette offre s'inscrira en complémentarité des autres supports que nous commercialisons », indique Claude Cohen, présidente de TF1 Publicité, qui devrait intégrer une grande partie de l'équipe de TLR. Le contrat n'impose pas de minimum garanti, mais un taux de régie, situé entre 20 et 25 %, et des objectifs liés à l'audience. Le GIE bénéficie aussi d'un droit de sortie après 18 mois. Le but est de faire passer le chiffre d'affaires de moins de 3 millions d'euros à 10 millions dans trois ans.

Pour connaître le même succès que son homologue en radio, le GIE Télévisions locales-Publicités devra toutefois fédérer ses membres. En effet, il manque à l'appel les chaînes des groupes Hersant (Caen, Grenoble, etc.) et NRJ (Montpellier, Paris), dont la proposition commerciale, associée à France Télévisions Publicité et Lagardère, avait été rejetée. Pour exister, le GIE devra aussi convaincre l'institut Médiamétrie de publier son audience nationale, au même titre que Les Indépendants en radio. Une vitrine nécessaire auprès des annonceurs.

Envoyer par mail un article

Les chaînes locales s'en remettent à TF1

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.