Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le marché peut-il absorber un féminin de plus ?

22/11/2007 - par Delphine Le Goff

La rumeur courait depuis déjà plus d'un an, la voilà confirmée : Mondadori va décliner son hebdomadaire féminin Grazia dans l'Hexagone, à un moment où l'histoire récente de ce segment fait plutôt état de fermetures de titres.

Gardera-t-il son graphisme très années quatre-vingt, avec ses formes géométriques et ses couleurs qui claquent ? Il faudra encore patienter quelques mois avant de voir quel look aura en France le très branché hebdomadaire féminin italien Grazia, qui sera vraisemblablement lancé en mars 2008, comme l'a annoncé Ernesto Mauri, directeur général des magazines de Mondadori France. Grazia, la grâce en italien, fêtera l'an prochain son soixante-dixième anniversaire : il a vu le jour en 1938 de l'autre côté des Alpes, où sa diffusion s'établit aujourd'hui à près de 230 000exemplaires pour un prix d'achat de 1,80 euro. Le titre, l'un des joyaux du groupe Mondadori, est également annoncé en Inde et en Chine. Il compte déjà des éditions internationales en Serbie, Croatie, Bulgarie, Pays-Bas, Grèce, Russie et Émirats arabes unis. Et surtout en Grande-Bretagne, où il a fait tourner les têtes lors de son apparition en 2005.

Trouver sa place

Les derniers chiffres de l'Audit Bureau of Circulation (ABC), l'OJD britannique, font état d'une progression de 26 % de sa diffusion, à 220 125exemplaires pour le premier semestre 2007. Autant l'ancêtre transalpin joue sur l'immémoriale élégance à l'italienne, autant son cousin britannique pratique un savant dosage d'infos people et de pages mode plutôt pointues. Son succès a inspiré des concurrents comme IPC, qui a lancé en février dernier Look, un quasi-jumeau.

Mais le succès de Grazia dans des pays comme la Grande-Bretagne s'explique avant tout par sa périodicité : avant son apparition, il n'existait pas d'hebdomadaire haut de gamme outre-Manche, où le magazine Elle est mensuel. En France, le titre, dont le lancement nécessiterait un investisement de 25 millions d'euros, aura à ­affronter des vétérans comme ­Madame ­Figaro (444 097exemplaires) et Elle (334 770exemplaires). Beaucoup d'éditeurs estiment que le terrain de l'hebdomadaire est le nouvel eldorado des féminins, à un moment où des groupes tels Lagardère choisissent d'arrêter des mensuels comme Isa, jugés trop peu rentables. Pourtant, l'un d'entre eux, et pas le moindre, s'y est déjà cassé les dents : Axel Ganz a dû stopper la parution de Jasmin en juillet dernier, après huit mois d'existence. Il faut dire que le titre cherchait sa ligne éditoriale, peinant à trouver son style et son positionnement. Le sort de ­Grazia dira si le marché de la presse féminine française est encore extensible. D'autant que la rumeur d'un féminin haut de gamme en préparation chez Prisma Presse est toujours dans l'air.

http://grazia.blog.it

www.graziamagazine.co.uk

Envoyer par mail un article

Le marché peut-il absorber un féminin de plus ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.