Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Nicolas Beytout, pilote des médias de LVMH

22/11/2007 - par Amaury de Rochegonde

Le directeur des rédactions du groupe Figaro va prendre la direction du pôle médias de LVMH. Les réactions sont contrastées aux Échos.

La nomination de Nicolas Beytout à la direction du pôle médias de LVMH ne laisse pas indifférent aux Échos, dont il a dirigé la rédaction pendant des années avant de partir au Figaro. Au quotidien économique, les réactions sont partagées. « C'est très ­positif et j'espère que cela calmera un peu les esprits », note Alain Etchegut, délégué CFDT. « C'est le scénario catastrophe anticipé, réplique Katty Cohen, sa consoeur du SNJ-CGT. Beytout défendait aux Échos son pouvoir, pas l'indépendance éditoriale. »

Quoi qu'il en soit, Bernard Arnault a trouvé l'homme qui lui fallait pour reprendre en mains à distance la rédaction des Échos, qui restera dirigée par Erik Izraelewikz. « Il va changer de métier et de vie en étant dans une structure de LVMH, tempère Vincent de Féligonde, président de la Société des journalistes des Échos. Espérons que cela ne changera rien à la séparation entre management et rédaction et qu'ayant connu cette culture, il continuera à la faire vivre. »

Diriger les médias de LVMH permet à Nicolas Beytout de sortir par le haut du Figaro, où il était en délicatesse avec une partie de la rédaction, qui lui reprochait son autoritarisme, comme avec son actionnaire Dassault, dont il bridait l'interventionnisme. Il arrive à LVMH avec la mission de conforter un pôle médias constitué des Échos, de Radio classique ou encore d'Investir. Et de favoriser son développement avec des marques prestigieuses comme le Financial Times qu'Arnault va regarder de façon privilégiée en cas de vente par Pearson.

Au sein du Figaro, Étienne Mougeotte va remplacer Nicolas Beytout, avec à ses côtés Jean-Michel Salvator pour le quotidien et Alexis Brézet pour le magazine. « La question est de savoir s'il va faire tampon non seulement vis-à-vis de Dassault mais, contrairement à son prédécesseur, vis-à-vis du sarkozysme triomphant », observe un délégué syndical du Figaro. L'annonce du retour de Nicolas Beytout aux Échos par un autre Nicolas qui l'avait accueilli au Fouquet's lors de son élection laisse penser que l'Élysée a en tout cas suivi de près ce jeu de chaises musicales.

Envoyer par mail un article

Nicolas Beytout, pilote des médias de LVMH

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.