Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Match tendu entre la LFP et Canal +

29/11/2007 - par Bruno Fraioli

L'appel d'offres concernant les droits TV de la Ligue 1 de football pour les quatre prochaines saisons risque de faire un perdant : la Ligue ou Canal + ?

Plus rien ne s'oppose désormais au lancement par la Ligue de football professionnel (LFP) de l'appel d'offres concernant les droits audiovisuels du championnat de France de Ligue 1. Mercredi 21 novembre, le Conseil d'État a donné son accord pour l'allongement à quatre ans maximum (contre trois ans jusqu'ici) des contrats des droits TV. La publication au Journal officiel du décret, ces jours-ci, doit donner le coup d'envoi de cette compétition qui fera des gagnants mais aussi, inévitablement, des perdants.

À la Ligue, le président Frédéric Thiriez joue son fauteuil. Son mandat arrive à échéance fin 2008. Les présidents de clubs - ses électeurs - verraient d'un mauvais oeil une baisse importante des recettes TV. Pour la Ligue 1, celles-ci se montent, jusqu'en juin 2008, à 600 millions d'euros annuels, montant payé par Canal +. Or la chaîne, qui a avalé son concurrent TPS et reste le seul opérateur encore capable d'aligner une telle somme pour diffuser les matchs du championnat français, ne veut plus payer autant. Quitte à perdre son exclusivité.

Trouver le découpage judicieux

Engagé dans un programme de réduction de coûts et d'amélioration de la rentabilité, Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, maison mère de Canal +, ne signera jamais plus un chèque aussi élevé. Par ailleurs, il n'hésitera sans doute pas à remettre en question Bertrand ­Meheut, le président du groupe Canal +, et Alexandre Bompard, le patron des sports de la chaîne, si l'appel d'offres leur échappe. Car le football, même s'il est (trop ?) cher payé pour Canal +, reste pour la chaîne son meilleur moteur d'abonnement et de fidélisation.

Assistés du cabinet Clifford Chance, les responsables de la LFP devront faire preuve d'inventivité et présenter un appel d'offres découpé en lots judicieux capables de contenter les deux parties... et d'intéresser de nouveaux venus (Orange, Numericable, M6, Bolloré, etc.). Tout en conservant un niveau correct de recettes. Selon un professionnel de la vente de droits, « un montant total de 550, voire 500 millions, contenterait les présidents de clubs ».

Reste l'hypothèse, redoutée par certains opérateurs, de voir la LFP opter pour une agence marketing chargée de revendre de gré à gré les différents lots, comme c'est déjà le cas pour l'Euro 2008, confié à Sportfive. Une hypothèse toutefois peu probable. D'une part en raison des montants minimums que devrait garantir ce prestataire à la Ligue. D'autre part, parce que le décret de 2004 sur la vente des droits sportifs ouvre cette commercialisation aux « éditeurs ou distributeurs de services »... sans toutefois réellement interdire aux agences de marketing sportif de faire une offre.

Envoyer par mail un article

Match tendu entre la LFP et Canal +

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies