Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

GQ, la troisième voie des masculins

06/12/2007 - par Delphine Le Goff

Entre les magazines « trash » et les titres très « fashion », GQ espère se frayer un chemin sur le difficile marché de la presse masculine.

Les publicités parues dans la presse professionnelle campent bien le décor. Voilà leurs accroches : « En France, la presse masculine généraliste ne marche pas », « Aujourd'hui, investir en presse magazine, c'est dépassé ». De fait, lancer un masculin, comme s'apprête à le faire Condé Nast fin février 2008 avec GQ, semble relever de la gageure. La presse masculine de mode et de charme n'a-t-elle pas perdu 28,6 % de sa diffusion payée en France entre 2006 et 2005, selon l'OJD ? Et tous les éditeurs n'ont-ils pas en tête les décès de Max, Maximal et autre Men's Health ? « Jusqu'à présent, les hommes avaient le choix entre les magazines trash, mettant en une des femmes en position lascive sur des 4 x 4, ou bien la presse « fashion », très pointue », remarque Xavier Romatet, PDG de Condé Nast.

La quatorzième adaptation de Gentleman Quarterly, quinquagénaire magazine américain, se présente donc comme une troisième voie. « Nous nous adressons à un homme de trente-cinq ans, urbain, curieux, qui a un rapport décomplexé au sexe », explique Xavier Romatet. « Il ne s'agit pas de faire un Elle au masculin : l'homme n'est pas le sujet de GQ, il en est la cible. » Aux commandes, une ancienne de Libération, Anne Boulay, secondée par Emmanuel Poncet, ex-Libé également, et des collaborateurs comme Frédéric Beigbeder, Nicolas Rey, le musicien-producteur Bertrand Burgalat ou l'écrivain Jean-Paul Dubois. Le titre a nécessité 10 millions d'euros d'investissement, son lancement sera soutenu par une campagne de publicité signée par DDB Paris et son éditeur vise une vente en kiosques de 70 000 exemplaires.

À quand Vanity Fair ?

Chez Condé Nast, on l'affiche comme une profession de foi : on croit à la presse magazine dans le monde. « Deux cents millions d'euros ont été dépensés [par le groupe] en lancements en 2007 », précise Xavier Romatet, notamment celui de Vanity Fair en Espagne. Le mythique magazine sera-t-il bientôt adapté en France ? « C'est vrai qu'il est présent en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne et maintenant en Espagne : nous n'allons pas rester indéfiniment l'irréductible village gaulois sans son Vanity Fair ! », admet Xavier Romatet. Parallèlement, Condé Nast n'oublie pas sa stratégie Internet : son portail Condenet, qui décline ses contenus par thèmes (style, gourmet, etc.) plutôt que par titres, va être adapté localement en 2008.

http://men.style.com/gq

Envoyer par mail un article

GQ, la troisième voie des masculins

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.