Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Jeune Afrique change de tête(s)

13/12/2007 - par Amaury de Rochegonde

L'hebdomadaire a sorti une nouvelle formule marquée par le retrait de son fondateur Bechir Ben Yahmed et l'arrivée aux commandes de ses deux fils.

Le 26 novembre, Jeune Afrique a dévoilé une nouvelle formule, au cahier économique étoffé, qui se veut le reflet d'un état d'esprit nouveau. À près de 80 ans, Bechir Ben Yahmed, le fondateur, abandonne la direction de l'hebdo (qu'il avait un temps cherché à rebaptiser L'Intelligent) au profit de ses fils Amir et Marwane, codirecteurs exécutifs de la rédaction. « La ligne éditoriale telle qu'elle va évoluer, c'est nous », affirme Amir, qui revient avec un titre de vice-président dans un groupe qu'il avait quitté en raison d'un désaccord stratégique sur le changement de nom. Dirigée par François Soudan, qui a été confirmé dans ses fonctions, la rédaction bénéficie aujourd'hui d'une image de journal de référence, lu dans les chancelleries et par les élites africaines.

Mais le titre apparaît aussi un peu poussiéreux et trop proche des gouvernements africains. L'obsession d'Amir Ben Yahmed est donc de renouer avec une génération de 30-45 ans beaucoup plus intéressée par les affaires que par la politique et qui ne se reconnaît pas dans un magazine dont le lectorat est âgé de 45ans en moyenne. « Nous voulons être plus modernes, plus proches des lecteurs africains et de la diaspora internationale, moins institutionnels, un peu plus divertissants, plus éditorialisants, tout en renforçant notre expertise économique », affirme Amir BenYahmed, qui veut créer des bureaux locaux à Londres et en Afrique du Sud en 2008.

Juste à l'équilibre

Diffusé à 56 000 exemplaires selon l'éditeur, Jeune Afrique veut notamment doubler ses ventes en France (7 000exemplaires) et diversifier ses revenus par de la production audiovisuelle ou Web, un développement sur l'Afrique anglophone, voire deux éditions en 2009, l'une pour l'Afrique noire, l'autre pour le Maghreb. Vivant à 55 % de la publicité, Jeune Afrique, tout juste à l'équilibre, réalise 24 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il reste dépendant des gouvernements africains, qui ont souvent la haute main sur les annonceurs institutionnels et peuvent interdire le journal (ce fut le cas en Algérie, en Tunisie ou en Guinée). D'où le reproche de complaisance, là où Amir Ben Yahmed ne voit qu'équilibre des points de vue.

Envoyer par mail un article

Jeune Afrique change de tête(s)

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.