Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La bande AM, victime du numérique

13/12/2007 - par Muriel Signouret

Le chantier de la radio numérique est enfin lancé et devrait être finalisé en 2011. Mais le retard pris, notamment pour le choix de la norme, a été fatal aux fréquences AM.

C'est la première victime collatérale de la radio numérique. La bande AM (ondes moyennes) pourrait succomber au retard du chantier de la radio numérique terrestre. Alors que la ministre de la Communication, Christine Albanel, choisissait le 5 décembre la norme T-DMB pour la diffusion de la radio numérique sur les bandes III et L et la DRM pour l'AM, le ­Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) ­continuait d'enregistrer des restitutions de fréquences AM. Fin novembre, ­Loisirs AM a rendu celle qu'elle exploitait à Paris tandis que RMC a remis celles de Metz, Mulhouse, Nancy, Strasbourg et Brest. Aujourd'hui, en France, il ne reste que 22 fréquences actives sur l'AM.

Coûts élevés

Pour Joël Pons, président du comité Digital radios françaises, « les stations se sont installées sur l'AM en vue de la numérisation rapide de la radio avec la norme DRM. Elles ont déchanté au fil des ans. Non seulement le son était de mauvaise qualité mais, en plus, l'AM leur coûtait de 10 000 à 20 000 euros mensuels par fréquence. » Selon lui, les industriels y regarderont à deux fois avant de se porter de nouveau candidats pour une fréquence AM. D'autant qu'ils sont tous dans les starting-blocks pour l'appel à candidatures de la radio numérique, qui devrait être lancé par le CSA début 2008. Ainsi, les foyers français pourront capter la radio numérique terrestre d'ici à Noël 2008 et bénéficier, via un nouveau récepteur, d'une meilleure qualité d'écoute, d'informations visuelles associées ou encore de la possibilité de mettre en pause et d'écouter une émission en différé.

Si le Groupement de la radio numérique, qui réunit 98 % des acteurs du secteur, s'est félicité du choix de la norme T-DMB, les radios associatives plaident quant à elles pour un système multinorme, car le coût de la T-DMB pourrait leur être fatal. Une question sur laquelle planchent encore le ministère et le CSA.

Envoyer par mail un article

La bande AM, victime du numérique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.