Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

France 24 dans le flou

17/01/2008 - par Muriel Signouret

Suite au discours prononcé par Nicolas Sarkozy le 8 janvier, la réforme de l'audiovisuel extérieur pourrait prendre de nouveaux contours avec l'annonce de la création d'une chaîne baptisée France Monde. France 24 risque d'en pâtir.

ÀFrance 24, l'image se brouille et son patron fait silence radio. Alain de Pouzilhac, le président habituellement très affable de la chaîne d'information internationale, ne souhaite pas commenter les déclarations de Nicolas Sarkozy évoquant la création d'une chaîne « France Monde » qui ne diffuserait qu'en français. Dans un communiqué du 11 janvier, les syndicats de la chaîne ont en revanche réagi en dénonçant un « statut de chaîne strictement francophone », ainsi que « la frilosité et l'esprit de renoncement qui en sont la marque ». Il est vrai que le discours du président de la République a pris le contre-pied de la stratégie menée depuis un an par l'ancien dirigeant de Havas. Ce dernier avait appliqué à la lettre les desiderata de Jacques Chirac pour la création d'une « CNN à la française », capable de porter la voix de la France dans le monde en français, mais aussi en anglais, en arabe et bientôt en espagnol.

Concurrence et dissonance

Depuis les propos de Nicolas Sarkozy le 8 janvier, c'est la consternation au siège de France 24, à Issy-les-Moulineaux. Sommé par la rédaction de définir une stratégie pour l'avenir, Alain de Pouzilhac a laissé entendre que le salut de la chaîne viendrait de sa nomination à la tête du holding. Mais il n'est pas le seul candidat. Pierre Lescure, l'ancien dirigeant de Canal +, Pierre Louette, le président de l'AFP, ou encore Emmanuel Hoog, celui de l'INA, seraient également sur les rangs. La question devrait être tranchée d'ici à la fin janvier. Il a également fait valoir les voix dissonantes des ministres concernés, tels Christine Albanel, à la Communication, et Bernard Kouchner, aux Affaires étrangères.

À RFI aussi, le multilinguisme est menacé, avec la suppression de six langues : albanais, slave, roumain, polonais, allemand et laotien. Et même si Antoine Schwarz, son président, précise que certaines seront développées, à l'instar de l'anglais, de l'espagnol et du portugais, difficile de ne pas y perdre son latin.

Envoyer par mail un article

France 24 dans le flou

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.