Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les nouveaux enjeux médias du football français

14/02/2008 - par Bruno Fraioli

Canal + et Orange se partagent désormais les droits télévisés du championnat de France de football. Mais leurs enjeux économiques diffèrent.

Tout le monde est content. Ou presque. Avec 668 millions d'euros annuels pour les quatre prochaines saisons, les droits télévisés de la Ligue 1, attribués mercredi 6 février, sont en légère progression. De quoi satisfaire la Ligue de football professionnel (LFP), Canal +, qui perd son exclusivité, mais voit sa facture sérieusement baisser, et Orange, qui entend faire du football un axe de développement prioritaire. Revue des enjeux économiques de chacun.

Canal + sécurise son offre

Ses dirigeants clamaient depuis longtemps que le groupe était engagé dans un plan d'économie drastique. En signant un chèque de 470 millions d'euros dès juillet prochain, contre 600 millions actuellement, l'économie annuelle est substantielle. Un bon résultat donc, même si Canal + a perdu l'exclusivité sur les directs en laissant filer le match du samedi soir (lire plus loin). Toutefois, le groupe ne diffusait plus de football à cet horaire depuis longtemps, privilégiant une grande affiche de cinéma. D'autant qu'il conserve aussi les lots du paiement à la séance (pay-per-view) pour son offre Kiosque et qu'il a fait main basse sur tous les magazines. Outre ceux du samedi et du dimanche soir, Canal + rafle aussi celui du lundi soir, abandonné il y a quatre ans, et surtout celui du dimanche en journée, piqué à France 2 (France 2 Foot), qui l'avait elle-même chipé la saison dernière à TF1 (Téléfoot). Plus de risque pour Canal + de voir partir ses 23 % d'abonnés férus de football.

Orange marque des buts

Le « nouvel acteur majeur du football français », dixit Frédéric Thiriez, le président de la LFP, a cassé sa tirelire. Il déboursera 198 millions d'euros par an pour trois lots, dont celui du match du samedi soir en direct, qui lui coûtera 135 millions. « Cet investissement sera rentabilisé grâce aux gains d'abonnés que nous avons prévu de réaliser sur le mobile et l'ADSL, et aux revenus additionnels, confie Patricia Langrand, responsable de la division contenus chez Orange. Cela permettra aussi d'améliorer la satisfaction de nos clients. Ces montants sont un peu en dessous de l'enveloppe que nous avions prévue. » Orange se réjouit d'autant plus que son offre ADSL propose aussi la commercialisation de Canal +. Ses abonnés Internet (7 millions, dont 1,2 million de souscripteurs à l'offre TV) ne rateront donc rien du football français. L'opérateur, qui prévoit le lancement d'une offre satellite (lire l'encadré), s'adjuge aussi les droits du magazine en vidéo à la demande et ceux de la téléphonie. Ces derniers, et c'est la nouveauté, incluent la diffusion des matchs en direct sur la future télévision mobile personnelle (TMP). Un argument de poids pour le dossier de candidature à l'une des seize fréquences TMP déposé par Orange, il y a quelques semaines, au Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Le football français perd en exposition

Les présidents des clubs professionnels peuvent souffler : les droits audiovisuels ne baissent pas. Ils augmentent même légèrement, à 668 millions d'euros annuels pour quatre saisons, à compter de juillet prochain, contre 655,5 millions pour l'actuelle saison. Cela représente plus de la moitié des ressources des clubs. Pourtant, le football français perd en visibilité. En désignant Canal + et Orange pour l'ensemble de ses droits, et notamment ses magazines, la Ligue 1 fait une croix sur les chaînes en clair et sur une exposition auprès du plus grand nombre de ses clubs, des joueurs et des sponsors. Même si la LFP indique que « les extraits des matchs de Ligue 1 resteront visibles dans la limite d'une durée d'une minute trente par journée [de championnat] au titre du droit à l'information », rien ne force les chaînes TF1, France 2, M6 ou même Direct 8, recalées par la Ligue, à réaliser des efforts éditoriaux en faveur du football français.

Envoyer par mail un article

Les nouveaux enjeux médias du football français

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.