Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

POINT DE VUE

Parlez-moi de la remise professionnelle

13/11/1998

Didier Beauclair, directeur des médias de l'Union des annonceurs, est satisfait de l'harmonisation des conditions générales de vente. Il demande toutefois qu'elles soient plus claires et plus simples.

Les entreprises procèdent régulièrement à des appels d'offres. Leur première requête est de connaître les conditions commerciales de chacun des candidats, afin de prendre en compte l'intégralité de la donne. Il en va de même de l'achat d'espace. À ceci près que les dispositifs médias sont souvent engagés sur des bases annuelles. Trop souvent, les annonceurs et leurs conseils ont été confrontés à des conditions générales de vente (CGV) dont la publication, à l'intérieur d'un même média, pouvait s'échelonner sur plusieurs semaines, voire survenir après leur date d'entrée en vigueur théorique! Aujourd'hui, les choses changent. Merci aux régies et aux syndicats professionnels qui ont accédé à la demande de l'UDA en remettant conjointement leurs CGV suffisamment en amont de la construction des plans. Mais ce n'est pas suffisant. Reste la complexité des CGV. L'harmonisation du vocabulaire utilisé dans les tarifs, les modes de calcul des différents dégressifs et autres remises, en se simplifiant, permettent à tous de gagner du temps et donc de l'efficacité. Un mot tout de même sur la fameuse remise professionnelle qui, par convention, est de 15%. En 1993, lors de l'avènement de la loi Sapin, les annonceurs avaient demandé qu'elle soit supprimée, puisqu'il s'agit d'une remise morte dont ils bénéficient tous. Mais les supports avaient unanimement décidé de la maintenir. Quel agacement de constater que cette demande des annonceurs est mal interprétée et que, régulièrement, quelques francs-tireurs suppriment ladite remise. Cette démarche a pour effet de compliquer les analyses des annonceurs, puis celles de Secodip, qui doivent rétablir des bases comparables entre les supports! De grâce, que la dilution de la «remise de référence» (inconditionnelle) dans d'autres remises existantes ou fraîchement créées pour l'occasion (elles, conditionnelles) ne soit pas un moyen de noyer le poisson de l'augmentation! Pourquoi ne pas ouvrir une bonne fois pour toute la discussion sur cette question?

Envoyer par mail un article

Parlez-moi de la remise professionnelle

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.