Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le blogueur qui fait trembler les médias

21/02/2008 - par Delphine Le Goff

Le conglomérat de blogs Gawker Media s'est hissé à la quatrième place des sites américains les plus fréquentés. En partie grâce à la personnalité controversée de son fondateur, Nick Denton.

Emily Gould, vingt-six ans, blonde branchée aux multiples tatouages, est l'une des journalistes les plus connues du tout-New York. L'une des plus redoutées, aussi. Elle travaille pour gawker.com, site d'indiscrétions sur les médias, dont le nom signifie « badaud » ou « fouineur » en anglais, et qui a été surnommé par ses détracteurs « le KGB du commérage ». Emily est fêtée, courtisée, invitée aux raouts les plus prisés de la Grosse Pomme.

Car gawker.com est très loin d'être un site anecdotique. Avec ses 6,6 millions de visiteurs uniques, il est le quatrième d'Amérique après nytimes.com, usatoday.com et washingtonpost.com, selon une étude Nielsen de septembre 2007. Le groupe auquel il appartient, Gawker Media, fédère 16 blogs et ­occupe quasiment tous les immeubles d'une rue de Soho. Dans la galaxie Gawker, qui regroupe entre autres Wonkette, site sur les coulisses du pouvoir à Washington, ou encore le très people Defamer, les sites les plus courus sont Gizmodo, consacré aux gadgets et aux nouvelles technologies, et Kotaku, sur les jeux vidéo. « La clé du succès de Gawker Media, c'est ce que l'on appelle le nanopublishing », explique Emmanuel Vivier, PDG de l'agence Vanksen-Culture Buzz. La presse de niche appliquée à Internet, en somme.

Auteurs rémunérés à l'audience

« Vous faites combien de pages vues ? » Telle est, paraît-il, la question favorite de Nick Denton, fondateur de Gawker Media, lorsqu'il fraye avec ses confrères de la Net-économie dans les cocktails. L'homme, quarante et un ans, d'origine britannique, s'identifie au chanteur Morrissey pour le physique et aime à comparer son empire au « Condé Nast d'Internet ». Il s'est fait beaucoup d'ennemis dans le milieu des médias new-yorkais. Sans doute à cause de sa vision un peu relâchée de la déontologie. « Quand Nick nous donne une idée de sujet, c'est plutôt : " Est-ce qu'on a dit qu'untel était homosexuel ? " » ou " Vous avez vu qu'unetelle a un gros problème de pellicules ? " », raconte un collaborateur dans un article du New York magazine. Difficile de percer à jour la personnalité de ce magnat d'Internet, ancien journaliste du Financial Times. Il refuse quasiment toutes les interviews. « Nick adore la presse, mais seulement celle qu'il peut contrôler », persifle un collègue.

« Plus agressif-agressif que passif-agressif », selon ceux qui l'ont pratiqué, l'homme adopte un profil étonnamment bas lorsqu'on évoque les résultats de son groupe. « Les blogs ont plus d'intérêt pour les lecteurs que pour les capitalistes, a-t-il déclaré. J'adore les blogs en tant que médias, mais j'ai toujours été sceptique sur leur valeur économique. » Pour autant, le groupe paraît prospère et emploie plus d'une centaine de personnes. « Chez Gawker, les auteurs sont rémunérés en fonction de l'audience de leurs articles, explique Emmanuel Vivier. Ce qui est sûr, c'est que les frais de fonctionnement sont faibles : le Gawker français, The Social Media Group, qui réunit 23 blogs, s'est lancé avec une plate-forme Type Pad à 15 euros par mois. »

L'ombrageux Denton aime à se poser en victime des médias traditionnels : il a publié sur son blog, nickdenton.org, un bilieux droit de réponse à l'article du New York magazine qui narrait la trépidante vie des journalistes de Gawker, entre parties de jambes en l'air et consommation de stupéfiants. Mais arrive-t-il vraiment à cacher son dévorant désir de faire la nique à tous ses concurrents ? Le titre de son dernier livre, The Gawker Guide to Conquering All Media (Astria Books, 2007), parle de lui-même.

www.nickdenton.org

www.gawker.com

www.thesocialmediagroup.com

Envoyer par mail un article

Le blogueur qui fait trembler les médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.