Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

To be or Note2be ?

28/02/2008 - par Amaury de Rochegonde

Le site qui permet aux élèves de noter leurs profs sera-t-il suspendu par la justice ? Son créateur est convaincu de l'intérêt de son idée. Mais des syndicats enseignants crient à la manoeuvre politico-médiatique.

Stéphane Cola, trente-sept ans, se disait « serein » ce 25 février à la sortie du tribunal de grande instance de Paris, après que son site note2be.­com, lancé le 2 février, eut été assigné en justice par des syndicats enseignants (Snes et Snes-FSU). L'homme est convaincu que, le 3 mars, le tribunal des référés n'ordonnera pas la suspension de son site, qui revendique 70 000 inscrits et 50 000 professeurs notés. « C'est une tendance lourde, explique-t-il. L'évaluation des profs par les élèves sur Internet se vérifie en Grande- Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, etc. Amazon ou la Fnac recueillent bien l'avis du lecteur. Comment le juge pourrait-il stopper l'évolution du Web 2.0 ? » Notation des ministres oblige, l'évaluation participative est à la mode : Lefigaro.fr ou Lepost.fr (Le Monde) ne proposent-ils pas aux internautes de noter leur maire ?

Contexte électoral

À cela s'ajoute un agenda politico-médiatique qui incite à braquer les projecteurs sur Note2be.com. Le rapport Attali ne rappelait-il pas, dans son article 5, que « l'évaluation des professeurs [...] doit aussi reposer sur une évaluation de leur pédagogie par leurs élèves ». Stéphane Cola va plus loin : « Dans les écoles privées, les écoles de commerce et certaines universités, le fait d'être noté par les élèves est un classique. Sans compter l'évaluation dans les entreprises. » Un discours qui a paru suspect aux syndicats enseignants, alors que Stéphane Cola s'est présenté en neuvième position sur la liste UMP aux municipales dans le VIIIe arrondissement de Paris. « J'ai préféré retirer ma candidature », corrige-t-il.

Stéphane Cola n'en est pas moins un collaborateur politique aguerri. Ancien du cabinet de Philippe Seguin, directeur de campagne de Pierre Lellouche, il dirige Villes et Images, un cabinet de conseil audiovisuel pour collectivités locales. Il se dit surpris par la « rapidité, l'ampleur et la violence des attaques » des syndicats enseignants. Tout est parti d'une dépêche de l'agence de presse AEF, spécialisée dans l'éducation, à la sortie du site. L'info, reprise sur les sites et les forums de professeurs, donne lieu à un communiqué des syndicats qui interpellent le ministre Xavier ­Darcos. Le 13 février, ce dernier « condamne avec fermeté l'ouverture de tels sites et tient à rappeler que l'évaluation des professeurs et leur notation sont du ressort exclusif de l'Éducation nationale. » Entre-temps, une dépêche AFP entraîne trente-cinq appels des grands médias sur le téléphone portable de Stéphane Cola.

« Prends le pouvoir, note tes profs » : Note2be.com n'a pas eu besoin de campagne pour faire connaître son slogan. L'effet viral a suffi. Reste que le site doit démontrer sa capacité à mettre en place des procédures de contrôle. Combien de profs se notent-ils eux-mêmes - ou certains collègues - derrière les élèves inscrits ? Combien de vengeances de cancres ? « Nous avons une traçabilité des notes farfelues », réplique Stéphane Cola. Certes, les profs de lettres prennent souvent des noms de héros de roman. Mais trois personnes suffisent-elles à surveiller une activité qui, selon le SGEN-CFDT, « comporte un risque grave de dérives vers la dénonciation publique, le dénigrement gratuit et le lynchage » ? « D'autant, souligne ­Emmanuel Davidenkoff, rédacteur en chef de ­Phosphore.com, qui a lancé Le Blog lycéen, que les profs vivent une grande solitude et qu'il n'est pas évident de se prendre en boomerang des élèves durs sur Internet. C'est vrai que la nature a horreur du vide et qu'il faudrait plus d'instances d'écoute et d'accompagnement des élèves. Mais il faut souvent plusieurs années pour savoir si un prof était un bon prof. »

www.note2be.com

Envoyer par mail un article

To be or Note2be ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.