Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La diffusion numérique annoncée pour 2009

03/04/2008 - par Muriel Signouret

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a lancé son premier appel à candidatures le 27 mars. Objectif : couvrir 40 % de la population métropolitaine dès l'an prochain.

C'était le dernier média à attendre sa diffusion numérique. Le coup d'envoi de la radio numérique terrestre (RNT) a enfin été donné le 27 mars par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). De Pierre Bellanger (Skyrock) à Axel Duroux (RTL) en passant par Mathieu Quetel (Sirti, Syndicat des radios indépendantes), nombreux étaient les opérateurs radiophoniques à avoir fait le déplacement jusqu'au dix-septième étage de la tour parisienne pour déposer leur dossier de candidature.

Cette visite relevait d'ailleurs davantage de la courtoisie puisqu'ils sont sûrs d'obtenir un canal pour une diffusion gratuite. « La priorité est donnée à l'existant. Le paysage radiophonique analogique sera au minimum dupliqué », souligne Rachid Arhab, conseiller au CSA. L'appel d'offres est lancé pour dix-neuf grandes agglomérations, qui couvrent 30 % de la population métropolitaine.

Le remplacement de tous les récepteurs

Toute la question est de savoir qui sera sélectionné sur les nouveaux programmes. Car l'un des avantages de la radio numérique, outre sa meilleure qualité d'écoute et l'enrichissement des programmes grâce aux données associées, est d'accroître l'offre radiophonique. « Aujourd'hui, un Français a le choix en moyenne entre vingt radios sur la bande FM [une cinquantaine en région parisienne]. La RNT permettra à chacun de bénéficier à terme d'une offre élargie », poursuit Rachid Arhab, qui précise qu'une moyenne de neuf stations par multiplex a été arrêtée. Ainsi, l'offre pourra passer de 54 à 62 stations à Paris, et de 32 à 44 à Bordeaux.

Les acteurs historiques craignent d'être fragilisés par cette nouvelle concurrence dans un contexte publicitaire difficile. Ils sont toutefois autorisés à déposer de nouveaux projets, à l'instar de RTL-L'Équipe, RTL Autrement ou d'Europe 1 Sport, même si le CSA en appelle ouvertement aux « nouveaux explorateurs » et espère que « la RNT relancera la création en matière de programmes ». Les candidats ont jusqu'au 16 juin pour déposer leur dossier de manière à pouvoir émettre, selon la norme T-DBM, dès le début 2009.

Un deuxième appel à candidatures sera lancé fin 2008 pour couvrir les axes autoroutiers et douze à quatorze villes de plus, ce qui portera la couverture à 38 % de la population métropolitaine. En revanche, le CSA ne fait aucun pronostic sur la date de l'extinction de la FM. « On verra si le public adhère bien à la radio numérique », avance Michel Boyon, le président de l'institution. D'autant que les Français, qui disposent de 150 millions de récepteurs, devront renouveler leur équipement pour capter la radio numérique. Ce qui pourrait prendre une quinzaine d'années, selon Michel Boyon.

Envoyer par mail un article

La diffusion numérique annoncée pour 2009

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.