Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Des papiers par pavés

03/04/2008 - par Muriel Signouret

La surenchère médiatique autour des 40 ans de la révolte printanière a commencé dès le début de l'année. Mai 68 fait aujourd'hui l'unanimité. Un peu trop ?

Le 30 avril 2007, quelques jours avant son élection à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de « liquider une bonne fois pour toutes » l'héritage de Mai 68. Cette déclaration, qui a fait couler beaucoup d'encre, participe-t-elle aujourd'hui à la surdose de commémorations du mouvement social... avant même le mois de mai ? C'est en tout cas l'avis de Catherine Portevin, la codirectrice des hors-séries de Télérama : « L'actualité autour de Mai 68 a été ravivée par l'enterrement programmé de l'événement pour lequel plaidait Sarkozy », analyse-t-elle. Convaincus du raz de marée médiatique à venir, télévisions, radios, journaux et autres magazines réfléchissent alors à la manière de faire entendre leur voix dans la cacophonie annoncée.

C'est Libération, un journal héritier de la génération de 1968, qui ouvre le bal dès le début de l'année. Le quotidien publie des photos de Raymond Depardon de l'époque et consacre, chaque vendredi, la rubrique Grand angle à un événement marquant de cette année-là. « Notre parti pris est de raconter l'année 1968 dans le monde car il s'est passé des choses qui ont encore des répercussions aujourd'hui, tels le printemps de Prague, la guerre du Biafra, etc. », explique Béatrice Vallaeys, rédactrice en chef. De son côté, Le Nouvel Observateur a attendu le 27 mars pour s'interroger sur « Les Français et 68 » et dévoiler un sondage CSA selon lequel 72 % des personnes interrogées pensent que Mai 68 a eu un impact positif. L'Obs publie également les bonnes feuilles de Forget 68, le livre de Daniel Cohn-Bendit dans lequel l'ancien leader étudiant déclare : « Demandez à un quadragénaire de droite s'il est contre 68, il vous rigole au nez. »

La crainte de l'indigestion

À la télévision, Marie Drucker a sorti un Droit d'inventaire dès le... 23 janvier. « Nous avons choisi de distiller les événements de manière à ce qu'ils soient audibles », observe Melvina Mestre, directrice de la programmation à France 3. À la radio, France Inter, en partenariat avec l'Institut national de l'audiovisuel et Libération, a pris la fenêtre de tir historiquement justifiable du 22 mars - rappelant le mouvement du même nom à l'origine des événements - pour lancer son opération spéciale. « C'est vrai qu'il y a une course à la commémoration, tout comme avec les événements programmés de longue date. Or, dans une course, mieux vaut être parmi les premiers que parmi les derniers », avance Patrice Bertin, le directeur de la rédaction de France Inter, qui avoue ne pas être friand de ces figures imposées. La délocalisation de la matinale de France Inter dans le Quartier latin le 21 mars a été l'occasion d'enterrer le mouvement avant les autres. « Nous avons fait 90 % de ce que nous voulions faire », admet Patrice Bertin.

L'audience est-elle au rendez-vous ? Chez France Inter, les échos sont plutôt bons. À Télérama, le hors-série paru le 2 avril a été tiré à 60 000 exemplaires, ni plus ni moins que pour d'autres sujets. Mais Catherine Portevin ne s'attend pas à des ventes exceptionnelles. « C'est un pari risqué », glisse celle qui aurait préféré que le hors-série paraisse en juin, « pour que Télérama ait le dernier mot ». Sans compter que pour cette quadra, Mai 68 est peu « has been ». « On en a marre de s'y référer. D'autant que les gens qui occupent aujourd'hui des postes décisionnels ne sont plus de la génération 68. Or, on se sent moins d'obligations à l'égard d'un passé que l'on n'a pas vécu. » À Libération, les ventes des numéros spéciaux ont été plutôt bonnes. Mais l'opération sur « l'année déclic » s'arrêtera fin mai. « On craint l'indigestion », admet Béatrice Vallaeys.

Envoyer par mail un article

Des papiers par pavés

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.