Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les journaux font durer le Grenelle

10/04/2008 - par Delphine Le Goff

Pas une publication sans son supplément développement durable. Pourtant, le sujet est traité encore insuffisamment et mal, selon les spécialistes.

Si elles avaient pu, les équipes de Femme actuelle auraient sorti leur numéro 100 % vert sur papier recyclé. « Mais l'encre que nous utilisons aurait fait des pâtés sur ce type de papier », explique Muriel Picard, la rédactrice en chef. Le 31 mars, et pour la première fois de son histoire, l'hebdo féminin a consacré toutes ses pages au développement durable, en partenariat avec le WWF et avec la navigatrice Maude Fontenoy pour marraine. « De plus en plus, dans notre rédaction, la conscience écologique grandit dans nos équipes », note Muriel Picard. Serait-ce l'effet durable - et vertueux - du Grenelle de l'environnement ? « En tant que journalistes nous avons l'opportunité de faire passer des messages », rappelle cette dernière.

Pourtant, les thèmes liés au développement durable n'ont pas toujours passionné les foules, à commencer par les journalistes. Depuis 2003, Le Monde publie deux fois par an un supplément lié au sujet. À ses débuts, les journalistes ne se battaient pas pour y participer. « Il y a six ans, personne ne voulait écrire dedans, estime Catherine Pacary, rédactrice en chef adjointe. Le développement durable pâtit encore de l'image du baba cool qui vit en Corrèze et en autarcie avec son potager. » « C'est vrai que ces sujets ont toujours un petit côté punitif, il s'agit de trouver le ton juste sans être culpabilisant », explique Muriel Picard.

Désormais, le développement durable est l'un des marronniers de la presse. Pendant la Semaine qui lui était consacrée, rares sont ceux qui n'y ont pas consacré un dossier (VSD), un hors-série (Capital), un supplément (Le Monde, Le Figaro, L'Express, etc.), voire plusieurs pages chaque jour (Libération). Mais ce n'est pas encore suffisant, estime David Solon, directeur de la rédaction de Terra economica, magazine qui se penche chaque mois sur ces problématiques et s'est associé au supplément développement durable du Nouvel Observateur.

Le monopole des « gestes verts »

Terra economica connaît un succès grandissant (ses fondateurs cherchent à financer sa sortie en kiosques à l'automne). « Lorsque nous avons commencé, en 2004, nous étions un peu seuls. Ce qui est dommage, encore aujourd'hui, c'est que la plupart des grands médias n'ont pas de rubrique développement durable, remarque-t-il. Une fois par an, ces " cases " apparaissent par miracle ! » Un moyen de se donner bonne conscience ? « Le problème, c'est que le développement durable est surtout traité sous son aspect écologique », souligne Catherine Pacary, au Monde. « Le sujet peut paraître rébarbatif parce qu'il est systématiquement associé aux " gestes verts ", alors que le développement durable est un triptyque qui repose aussi bien sur le social que sur l'entreprise », enchérit David Solon.

Tous les spécialistes s'accordent : la France est bien en retard par rapport aux Anglo-Saxons, qui savent rendre sexy le « sustainable development ». À quand des couvertures, comme celle du récent numéro vert de Vanity Fair, qui montre une Madonna en sous-vêtements, avec un globe terrestre dans les mains ?

Envoyer par mail un article

Les journaux font durer le Grenelle

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.