Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le cauchemar de Monsanto

10/04/2008 - par Amaury de Rochegonde

Le Monde selon Monsanto a été regardé par 1,56 million de téléspectateurs sur Arte le 11 mars. Une aventure journalistique entamée sur le Web et déclinée en livre.

Avec 53 000 exemplaires vendus en quelques semaines, le livre de Marie-­Monique Robin est en passe de s'installer en tête des ventes d'essais. Version papier de son documentaire Le Monde selon Monsanto, diffusé en prime time sur Arte le 11 mars, il apporte le complément imprimé - avec copie des documents et adresses Internet - à une aventure qui a commencé il y a cinq ans. C'est au retour d'un voyage en Inde, après une discussion avec un leader syndical indien, que Marie-Monique Robin a l'idée de taper ­« Monsanto » sur Google. Plus de 7 millions d'occurrences apparaissent. Monsanto et OGM, Monsanto et PCB, Monsanto et hormone de croissance bovine, Monsanto et dioxine, Monsanto et agent orange, etc.

Nouveau terrain d'enquête

Rien de tout cela n'apparaît bien sûr sur le site du géant de l'agrochimie (www.monsanto.fr), qui vient de doubler son bénéfice sur le dernier trimestre de l'exercice 2007-2008, à 1,1 milliard de dollars. Mais la journaliste, prix Albert Londres 1995, ouvre alors la voie sans le savoir, à partir de son seul écran d'ordinateur, à une nouvelle forme de journalisme d'investigation. « Ce n'était pas possible il y a dix ans, souligne-t-elle. J'ai passé trois mois à surfer jour et nuit sur Internet. J'avais accès à tous les documents déclassifiés. Avant, il aurait fallu aller à Washington, faire des repérages pendant deux ou trois mois, etc. Cela aurait coûté trop cher. » Mais la Toile, pour qui sait s'y repérer, est un nouveau terrain d'enquête. « À condition d'avoir du temps et de savoir séparer le bon grain de l'ivraie », note Marie-Monique Robin. À condition aussi d'identifier les fameux « lanceurs d'alertes », ces salariés licenciés, scientifiques congédiés, militants ou délégués paysans qui interpellent l'opinion et sont susceptibles d'apporter leur témoignage.

Dans son film, Marie-Monique Robin met en scène sa quête sur le géant des OGM en tapant ses requêtes sur son clavier. La posture, à laquelle peuvent s'identifier les internautes, a probablement contribué au buzz du film, le plus gros d'Arte avec 1,25 million de requêtes. La journaliste y voit le signe d'une « très forte demande d'information après le Grenelle de l'environnement », qui la pousse d'ailleurs à se lancer dans une nouvelle enquête sur la vague de cancers causés par les pesticides. « Nous prenons conscience que ce que nous mangeons nous concerne, observe-t-elle. On ne fait plus confiance aux autorités, y compris aux agences de réglementation, du fait des scandales liés à la complicité de certains scientifiques et à des journalistes qui n'ont pas fait leur boulot. L'amiante est passé par là. »

Traduit en anglais, en espagnol et en portugais, le livre commence à trouver un écho mondial, et le film s'apprête à être diffusé au Japon, en Australie et au Canada. Face à cette déferlante, Monsanto fait la sourde oreille. Pas de communication sur son site. Pas d'offensive judiciaire, du moins pour l'instant. La journaliste sait pourtant que la firme n'est pas inactive. Elle a envoyé en mars une lettre à ses distributeurs pour rappeler que son produit star, le Roundup Ready, est parfaitement testé. Il est accusé dans le film d'être un herbicide surpuissant destiné à préparer la culture d'OGM dont Monsanto a, par ailleurs, le brevet. Elle sait aussi que la multinationale fait appel à des agences de lobbying auprès des députés (« Il faut nourrir la planète »), ou à des communicants obscurs pour « pourrir le Net » sous l'apparence d'arguments scientifiques. « L'infiltration est inouïe, estime-t-elle. Monsanto est en train de promouvoir ses produits auprès de la FNSEA au nom du développement durable. Car le semis direct avec OGM permet d'économiser le fioul du tracteur... »

www.arte.tv/monsanto

 Marie-MoniqueRobin,LeMondeselonMonsanto,préfacedeNicolasHulot,coéditionLaDécouverte-Arte.

Envoyer par mail un article

Le cauchemar de Monsanto

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.