Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'info, nerf de la guerre des stations

24/04/2008 - par Muriel Signouret

Alors que les auditeurs ont boudé les tranches d'information, que ce soit le matin ou le soir, RTL, qui conserve son leadership, semble avoir su tirer son épingle du jeu.

La dernière vague Médiamétrie, qui a étudié l'audience des radios sur le premier trimestre 2008, consacre une nouvelle fois le trio RTL (13,2 %, + 1,1 point sur un an), France Inter (8,6 %, - 0,1point) et Europe 1 (8 %, - 0,1 point) sur le critère de la part d'audience. Et, comme lors des précédentes études, RTL conserve également son leadership en termes d'audience cumulée (12,6 %, + 0,1 point sur un an) et de durée d'écoute (2 h 36, + 12 minutes). Sous la houlette d'Axel Duroux, son président, et de Jacques Esnous, directeur de l'information, la station a surtout réussi à asseoir sa légitimité sur le créneau de l'information. Une tranche qui a pourtant globalement été mise à mal par les auditeurs que ce soit le matin entre 6 h et 9 h (- 3 % en audience cumulée par rapport au dernier sondage de novembre-décembre 2007 et - 0,3 % sur un an) ou le soir entre 18 h et 20 h (- 3,7 % par rapport à la vague précédente et - 4,1 % sur un an).

Concurrence accrue de la télévision et d'Internet

De fait, seule RTL a réussi à tirer son épingle du jeu. Le 6-9, animé par Christophe Hondelatte, a gagné 3 % sur un an tandis que la tranche 18-20heures a séduit 2 % d'auditeurs supplémentaires. « Notre objectif est clairement de devenir référents sur l'info, explique ­Jacques Esnous. Dès la rentrée 2006, nous avons réorganisé l'antenne et la rédaction pour avoir davantage d'informations exclusives. D'ailleurs, RTL est citée deux fois plus par l'AFP que son ­concurrent immédiat. » « RTL a su construire une grille souple, adaptable à l'actualité, et n'hésite pas à la casser si nécessaire », observe de son côté Sylvain Niquet, directeur des études radio chez Carat Expert. En comparaison, France Inter perd 4 % sur la tranche matinale et 16 % le soir. « Outre la raison structurelle, selon laquelle de plus en plus d'auditeurs vont sur les tranches matinales des chaînes de télévision ou sur Internet, je pense que nous avons fait trop de politique pendant les municipales, analyse Jean-Paul Cluzel, président de Radio France. Il faut revenir à ce qui fait notre différence, en remettant en avant l'international, la culture ou l'économie. » Quant à Europe 1, elle décline également sur l'information : - 2 % le matin et - 15 % le soir.

Du coup, même si RTL fonctionne sur ses cibles commerciales traditionnelles, comme les hommes de 25 à 49ans (+ 27 % en un an) ou les ménagères de moins de 50 ans (+ 3 % en un an), elle gagne aussi du terrain sur les CSP + (+ 1 % sur un an). Et ce, au détriment d'Europe 1, qui perd 22 % de CSP + sur cette même période tout en se renforçant sur les plus de 60 ans. Quant à France Inter, si elle se maintient sur les CSP +, elle a surtout féminisé son audience en recrutant 39 % de ménagères de moins de 50ans supplémentaires. « On reste toutefois sur des données de base assez ­faibles. Les ­cibles globales de ces radios n'ont pas changé fondamentalement », nuance Sylvain Niquet.

Envoyer par mail un article

L'info, nerf de la guerre des stations

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.